Votez !



Les Manigances [PV Aurah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Les Manigances [PV Aurah] | Lun 15 Juin - 21:56

Les Manigances

C'était un outil oblong constitué de deux minces lamelles de fer croisées et d'une poignée de lanières. La chose rouillait, sa couleur terne semblait rendre faiblement hommage à un éclat passé. La Souris observa l'engin, perplexe, avant de lever les yeux sur le visage ridé du vendeur et de lui adresser un regard interrogatif. Le vieil homme, un specimen maigre, édenté et imberbe, lui répondit d'un rire grinçant et lui affirma que ce qu'il tenait en ce moment était un objet révolutionnaire. Le Forban haussa un sourcil sans laisser paraître son amusement, acquiesça d'un hochement de tête faussement convaincu, puis reposa le bibelot sur l'étalage.

« Fantastique... mumura-t-il de son cynisme naturel. »


Le marché noir proliférait ces derniers temps. La marchandise circulait vastement, les rues grouillaient, les visages les plus connus prenaient des formes et des couleurs. Il y avait du profit dans l'air.
Il avait toujours été admis et observé que l'on ne parlait pas fort, sur le Marché Noir. On n'exhibait pas son stock, on ne se ventait pas, on se mouvait en silence et de manière générale, on ne faisait rien qui puisse attirer l'attention des gardes de la Capitale. Avec le temps, l'on avait appris à les éviter aisément cela dit. Leurs tentatives d'embuscades ne fonctionnaient plus depuis longtemps et chacun connaissait le trajet de leur ronde sur le bout des doigts. Muad'dib n'y était pas pour rien. Les Forbans avaient longtemps espionné « les hampes rouges » et diffusaient régulièrement de nouvelles informations. Elles se répandaient dans les rues plus vite qu'une tempête de sable.


Le soleil était au zénith et tendait ses bras clairs hauts dans le ciel. Si les bas fonds d'Arrakis étaient toujours nimbés d'une lumière terne et glauque, la saison chaude leurs redenait un peu d'éclat. Un nuage de poussière et de sable y flottait en permanence, enveloppant les passants d'un halo âcre et sec et, sous des rayons ardents, les particules poudreuses semblaient redoubler d'agressivité. Le Chef des Forbans leva les épaules, enfouissant son cou dans le large col de son manteau. Son accompagnateur, un bien habile combattant du nom de Sagh'ir, se tenait à bonne distance enveloppé de sa cape brune. Sagh'ir approchait de la quarantaine mais n'avait pas perdu l'agilité de ses jeunes années. Posé et peu loquace, il était le favori de Muad'dib dès qu'il s'agissait de faire une petite ronde sans danger. La Souris lui jeta un regard neutre et poursuivit son chemin, les mains dans les poches. Les voix des abîmes malsaines d'Arrakis parvenaient à ses oreilles en un murmure continu.

Muad'dib se perdait dans ses pensées. Son monde tournait merveilleusement rond, ses derniers temps et il connaissait bien assez la Capitale pour savoir que, comme sur l'océan, un calme plat y précédait toujours d'énormes vagues. Ses conseillers les plus proches étaient parfaitement conscients de ses inquiétudes et tentaient de lui glisser des encouragements ici et là mais le jeune homme ne parvenait ni à se détendre, ni à officialiser ses craintes auprès de ses hommes. Il flottait entre deux sentiments, indécis, et ne savait plus vraiment à quoi se fier. A broyer du noir, il sombrait dans une mauvaise humeur quasi permanente et en ce moment, il ne fallait pas venir le titiller. Ainsi, la patrouille qu'il avait entrepris de faire se mua vite en une promenade introspective visant à se vider la tête et la Souris oublia complètement de prêter attention à ce à quoi les Forbans veillaient régulièrement. Il ne suivait plus qu'un chemin aléatoire, les yeux dans le vague.

Je devrais aller visiter Flûte, songea-t-il soudainement. Cela faisait des mois qu'il ne s'était pas entretenu avec elle et les dernières fois qu'il l'avait vue, elle n'avait pas l'air des plus en forme. La jeune fille était toujours ravie de le voir et c'était réciproque, en particulier parce qu'elle avait le don de lui rendre le sourire en n'importe quelle circonstance. C'était précisemment ce dont il avait besoin. Au croisement de deux petites ruelles fraîches et lugubres, Muad'dib resta immobile et attendit que Sagh'ir le rejoigne. Voyant son supérieur planté au milieu de nulle part, l'assassin pressa le pas.

« Je vais rendre visite à une amie, tu peux rentrer. Je ne serai pas long. Sagh'ir fronça les sourcils sans bouger. S'il n'était pas bavard, il était franc, et Muad'dib lui accordant déjà une confiance notable, il n'hésitait jamais à souligner sa désapprobation.

La jeune Flûte, je suppose... remarqua-t-il sans retenir l'once blasée qui accompagna ses paroles et se lut dans ses iris. Muad'dib – qui faisait à peu près sa taille – le toisa avec le même désabusement, une expression qu'on ne lui connaissait pas.

Je ne crois pas que cela soit important. A plus tard, Sagh'ir. Son aigreur le rendait légèrement hautain. »

L'escorte le regarda s'éloigner, dissimulant son incrédulité derrière un masque de professionalisme, puis se retira à reculons d'un pas large mais lent. Muad'dib n'était pas du genre rancunier mais, par principe, il n'avait pas l'intention de le contrarier. Pas aujourd'hui. Le Forban enchapeauté hors de sa vue, Sagh'ir tourna les talons et se fondit dans les ombres.


Dernière édition par Muad'dib le Mer 1 Juil - 21:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

ancienAurah
Voir le profil de l'utilisateur
Celle-qui-rôde
ESPIONNE D'INVERNESS
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 9
DATE D'INSCRIPTION : 31/05/2015

Personnage

...
AGE: 23 ans
SURNOM:
PROFESSION: Espionne
Celle-qui-rôdeESPIONNE D'INVERNESS
Message Sujet: Re: Les Manigances [PV Aurah] | Lun 22 Juin - 0:41

L'ombre observe.
L'ombre écoute.
L'ombre attend.


Au milieu de la foule qui grouillait comme une armée de fourmis, il y avait une ombre de passage. Le marché noir abondait de potentiels acheteurs, de vendeurs mais aussi, de gredins sans doute. Cependant, les rues étaient relativement calmes pour une foule pareille. La situation n'en était pas moins favorable à la jeune espionne.

Celle-qui-rôde avait reçu des directives récemment. Garder un œil sur les Forbans. Pour cela, il fallait se rapprocher de la graine même du mal. Aurah ne savait que peu de choses sur le chef de Forbans. Un certain Muad'dib communément appelé « la Souris ». Une vermine qui refusait de suivre Inverness. Aurah devait protéger les intérêts du Créateur et c'est pour cette raison qu'elle n'avait pas perdu un instant sitôt qu'on lui avait confié cette mission.

Dissimulée sous sa cape noire, Aurah prenait soin d'être à bonne distance de sa cible. Voilà un moment qu'elle le suivait sans avoir entendu ou vu quelque chose d'assez intéressant pour qu'un compte-rendu auprès du Comte Leto s'impose. Elle l'avait repéré dans la Capitale Arrakis et ne l'avait pas lâché depuis. L'ombre qu'elle était avait réussi à arriver jusqu'ici sans encombre. Seul le sable avait retardé son voyage. Les tempêtes ne faisaient pas peur à la jeune femme qui n'avait qu'une chose en tête : servir Inverness. Pour cela, elle était prête à aller par-delà les déserts, par-delà les mers s'ils lui demandaient.

Le visage assombri sous sa capuche, Aurah était certaine de passer inaperçu. Qui plus est, le tissu de son vêtement lui permettait de se protéger du sable qui dansait sans cesse autour d'elle dans cette ville. Au moment où le Chef des Forbans s'arrêta devant un étalage, Aurah continua un peu plus loin pour le surveiller sans éveiller de soupçons. Elle l'observait du coin de l’œil tout en faisant mine de s'intéresser aux marchandises exposées sur le stand devant elle. Des armes reposaient sur la table. Des dagues, des épées, des espadons … Aurah prit une dague en main comme pour la peser, attirant le regard du vendeur et son bon sens commercial.

« - Excellent choix si je puis me permettre .. »

La jeune femme laissait glisser des cheveux devant son visage, déjà assombri sous sa capuche. Elle se permit un nouveau coup d’œil du côté de la Souris en tournant l'arme comme pour jauger son état. Sa cible quittait l'étalage pour continuer sa route. C'est à ce moment-là qu'Aurah remarqua un individu avec lui. Un autre Forban sans doute. La jeune femme attendit qu'ils soient tout deux à bonne distance pour reprendre sa filature. Elle quitta le stand nonchalamment et se glissa à travers la foule. La brune ténébreuse n'était pas habituée à cette étrange atmosphère et ce sable fin qui compliquait les choses. De plus, elle n'avait aucune idée de l'endroit où allait se rendre l'homme qu'elle espionnait. Restant sur ses gardes, elle s'imprégnait soigneusement des lieux qu'elle traversait pour ne pas être perdue.

Finalement, ils semblaient avoir atteint leur destination. Ou plutôt, l'un des deux. Le Chef des Forbans échangeait rapidement avec celui qui l'accompagnait. Aurah s'était empressée de rejoindre une ombre sans utiliser son pouvoir. Elle se devait de ne pas faire appel à son don de façon excessif au risque d'être beaucoup trop épuisée pour continuer sa filature. Le dos accolé à un mur qui avait chassé la lumière pour offrir à Aurah une cachette idéale, la jeune femme écoutait. Flûte. Une femme, d'après les dires du prénommé Sagh'ir. Ce dernier semblait avoir eu des réticences face à la décision de celui qu'il accompagnait. Cependant, il ne discuta pas plus longtemps et se retira, disparaissant de la vue de l'ombre qui les avait suivi jusque là. A présent, la Rêveuse n'avait qu'à se soucier du Forban restant et, visiblement, c'était pour elle l'occasion d'en apprendre un peu plus sur l'entourage de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Les Manigances [PV Aurah] | Mer 1 Juil - 21:46

Spoiler:
 

Les Manigances

Une volée de poussière terne se soulevait à chacun de ses pas et semblait s'évaporer dans la chaleur, disparaître, éventée par les longs pans de son manteau largement ouvert. Il avait la tête basse et seules ses lèvres pouvaient encore être aperçues, émergeant de l'ombre que son chapeau jetait sur son regard. Ainsi, personne ne pouvait constater la nervosité que ses pupilles claires laissaient paraître sous la courbe de ses sourcils froncés. Il avait les mains dans les poches, les coudes sur les côtés et les épaules hautes, comme une tortue dans sa carapace de pensées noires. Ses préoccupations ne semblaient pas pouvoir se formuler clairement dans son esprit, c'était plus un tourbillon de désagréables pressentiments, dans un zéphyr de mauvaise humeur. Il ne parvenait pas à mettre le doigt sur ce qui le gênait vraiment et c'était très agaçant. Il ferma les yeux un instant, sûr de ne bousculer personne dans l'allée vide qu'il parcourait, et poussa un long et déchirant soupir.

La demeure de Flûte se trouvait à quelques rues d'ici, il n'avait plus qu'à tourner quelques fois. La famille de l'adolescente n'était pas des plus démunies des bas-fonds d'Arrakis, mais cela ne voulait pas dire grand-chose. Leur condition de vie dépendait surtout de ce que son père parvenait à vendre et cela était fluctuent. Ses grands-parents avaient surtout eu de la chance de pouvoir s'approprier une petite maison en bon état et, dans ce quartier de la capitale, tant qu'une famille occupait une habitation, elle lui appartenait. Flûte avait un bon nombre de frères et soeurs et ils étaient toujours fourrés dehors, sans quoi ils auraient été très à l'étroit. Bientôt, le toît rafistolé et bancal que la Souris connaissait bien se dessina en contrebas. Le Forban descendait une large artère principalement destinée aux convois ; elle surplombait les bâtiments qui s'alignaient dans une étroite tranchée, presque toujours à l'ombre et où les courants d'air se faisaient violents à la saison froide. Les bas quartiers de la ville s'était creusés dans le sable autour de larges allées que l'on avait arrangées il y a bien longtemps, lorsque la noblesse espérait encore faire des arrondissements des lieux de promenade et de loisir, et la structure singulière que cela donnait parfois aux alentours facilitaient la vie des Forbans. Il leur était facile de fuir et de semer les gardes en sautant de toitures en toitures et emprunter les voies célestes leur permettait de se déplacer rapidement, comme à vol d'oiseau.

Au bout de l'avenue, un escalier grossier et inégal descendait vers la tranchée. Il était connu pour avoir causé de nombreux accidents puisque, même s'il n'était pas bien large, il interrompait dangereusement la chaussée, présentant un obstacle pour les roues et les pattes des animaux de trait. Muad'dib le descendit rapidement sans même prendre garde à ne pas déraper sur la couche de sable et de gravier qui en recouvrait les marches. Il avait l'habitude.

Une fois dans la profonde ruelle, il adopta une attitude moins fermée et furtive. Les hampes rouges ne patrouillaient jamais dans le coin et il aurait fallu un conflit sacrément grave pour les amener jusqu'ici. La population était très dense et la Souris disparut bien vite dans un flot d'enfants agités, d'individus pressés et d'ombres rampantes. Il se faufila avec agilité jusqu'à la demeure de son amie, jetant des regards réguliers autour de lui afin de ne pas la manquer au cas où elle serait sortie – ce qui était fort probable. Il frappa quelques coups à la porte rongée par les termites et très vite, la voix rauque et rustre de la mère de Flûte répondit depuis l'intérieur.

« C'est qui ?

Un ami de Flûte, Madame. Est-elle ici ?

Un silence s'installa, sans qu'aucune porte ne s'ouvre et qu'aucun visage de se montre.

C'est le grand jeune homme avec son chapeau, c'est ça ? demanda-t-elle enfin avec ce qui s'apparentait à une once de fierté de l'avoir reconnu. Muad'dib esquissa un sourire amusé. Si la famille de Flûte ne savait pas qui il était, ils connaissaient sans aucun doute sa voix et ils l'avaient tous rencontré quelques fois.

C'est ça ! confirma-t-il.

Elle est pas là, Flûte. Elle est avec son père. poursuivit la voix sans pour autant ouvrir la porte. »

Muad'dib fronça les sourcils, déçu. Il savait que la mère de son amie ne lui dirait pas volontiers où précisemment la jeune fille et son père se trouvaient et il n'avait pas non plus envie de l'inquiéter. Il remercia donc son interlocutrice et fit demi-tour, une moue agacée déformant ses lèvres. Il se mit à marcher machinalement, sans trop savoir où aller. Il connaissait bien assez Flûte et les habitudes de sa famille pour être capable de deviner où il pouvait la trouver mais il doutait que cela en eût valu la peine. Il était parti à sa recherche pour se distraire mais après avoir essuyé un premier échec, il commençait à songer qu'il ne lui restait plus qu'à rentrer.
Revenir en haut Aller en bas

Les Manigances [PV Aurah]




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Rêves d'Inverness - Forum roleplay :: Royaume d'Inverness :: Désert du Lansraad :: Capitale Arrakis :: Marché Noir-