Votez !



Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Mer 28 Mar - 17:07

[HRP : j'ai choisi le Marché aux Esclaves pour ne pas commencer un sujet au même endroit que Kenji et Alia... Si Plume n'a aucune raison de s'y trouver, fais moi signe et je réécrirai mon post ! Wink Je me suis également permise de me baser sur ta description physique pour dire que Plume portait des colliers, j'espère que ça ne te dérange pas...]



La souris se faufila dans un trou sombre, creusant la terre cuite d'un mur lézardé et grignoté par la moisissure. Elle trotta ainsi pendant plusieurs mètres puis déboucha dans une pièce obscure où un vieil homme lisait silencieusement, éclairé par une bougie en fin de vie.

Nous nous moquons pertinemment des aventures de cette souris.

La souris qui nous intéresse était dans un endroit plus vaste, plus ouvert, et où un Originaire pouvait largement passer. Normal, c'en était un.
Il s'agissait d'une ruelle aux pavés secs et mal polis, dont certains se délogeait du ciment sableux et mouvant - typique des villages du désert bâtis dans la hâte - de manière traître pour vous faire trébucher. Les murs étaient craquelés, endommagés par le temps, infiltrés par de fines tiges de plantes mystérieuses se plaisant à taquiner les fissures. Après avoir levé la tête vers le ciel, observant brièvement les nuages et évaluant la hauteur des toits par prévention - apprenez que sauter de toitures en toitures, ça arrive souvent aux hors-la-loi - Muad'dib se tourna vers le jeune Forban épéiste qui l'accompagnait et lui adressa un grand sourire.


« Alors, tu es déjà allé au Marché des Esclaves ? »
« Non Monsieur, c'est la première fois. » répondit-il d'une voix timide et assez neutre pour trahir son peu d'envie de parler. Muad'dib hocha la tête sans insister, plaçant ses deux mains dans son dos dans une posture digne. Il siffla quelques notes pour combler le silence pesant qui régnait, au du moins briser l'ennuyeux rythme des pas sur les dalles. Mais très vite, la mélodie lui échappa des lèvres.

La ruelle déboucha enfin sur une place où, définitivement, le pauvre homme qui s'était éreinté à paver le désert avait abandonné, et qui contre toute attente grouillait quelque peu. Un vent de sable soufflait, piquant et agaçant, sur les passants et les quelques cases de ce village vétuste et peu adapté à la vie dans le désert. Ses habitants devaient d'ailleurs voir passer de modernes caravanes aussi souvent que leurs maisons s'ébranlaient sous des tempêtes sableuses. Autant dire régulièrement.
Force était de constater qu'il y avait bien plus de gens sur cette place que ne pouvaient abriter le village. Aussi, Muad'dib conclut que, s'il avait eut un doute sur l'emplacement du Marché aux Esclaves, il aurait dès maintenant eu la certitude qu'il était au bon endroit.
Au cœur du désert, des hommes et des femmes peu scrupuleux exhibaient sur des estrades d'autres hommes et d'autres femmes qu'ils se targuaient de posséder et tentaient de vendre aux meilleurs prix.
A la vue d'un tel spectacle, le visage du chef des Forbans se déforma en un rictus de dégoût. Une colère virulente monta en lui et bouillonna quelques instants dans son ventre avant de s'évanouir, assommé par Madame la Raison. Il prit une profonde mais discrète inspiration et balaya la place du regard : se trouvaient sur les estrades des marchands qu'il connaissait. Certains étaient des habitués, d'autres de riches trafiquants originaires d'Arrakis ayant pour habitude de manger à tous les râteliers. Leurs regards suffisants dans lesquels on pouvait lire la fraude et l'avarice firent frémirent le jeune homme qui abaissa son chapeau comme pour ombrager ses yeux. Le Forban qui l'accompagnait, s'il n'était pas loquace, était loin d'être stupide, aussi s'empressa-t-il d'arranger son allure : il redressa le col de son manteau pour dissimuler son visage tout en enfouissant le fourreau de son épée dans les plis de son même vêtement. Tous deux étaient suspects mais paraissaient inoffensifs.
C'est ainsi qu'on se fond dans la masse.

La souris fit signe à son compagnon d'approcher son visage. Sans quitter la faune du regard, il lui chuchota quelques instructions.


« Bien. Nous voici donc arrivés à destination. Nous devons à tout prix nous renseigner sur les marchands d'esclaves qui sévissent ici, en particulier ceux qui nous sont accessibles, autrement dit…»

« … Ceux qui fréquentent Arrakis. » coupa le jeune homme. Muad'dib plongea son regard clair dans le sien et laissa ses lèvres s'étirer en un sourire sincère mais retenu.

« Tu apprends vite, Bouclette. » complimenta le chef des Forbans. "Bouclette" était son surnom, dû à l'aspect de ses cheveux. Son prénom de Forban était "Dehm'lin", ce qui signifiait… "Bouclette". Mais c'était nettement plus drôle d'utiliser le mot d'origine.
« Ils essayent bien sûr de se faire discrets étant donné leur appartenance à la capitale. Il nous faut donc repérer ceux qui ne se montrent pas. » poursuivit-il, les yeux pétillants. En effet, un tel défit lui plaisait déjà.

Les deux Forbans se mirent à avancer en direction de la place où le brouhaha se faisait de plus en plus fort. Les chuchotements, messe-basses et autres discussions diverses étaient régulièrement biffées d'exclamations vendeuses de la part des marchands qui parvenaient à faire en quelques mots l'éloge de leurs produits humains. Ils semblaient même se battre à coups de déclarations, comme si les estrades étaient des champs de bataille pour commerçants cupides.
Les esclaves, courbés et squelettiques, vêtus de haillons et enchaînés les uns aux autres par les poignets, baissaient la tête de crainte et déshonneur. Les lèvres de certains s'animaient lentement, comme les ailes d'un papillon mourant, se perdant en prières silencieuses. Certains enfants, pas plus en chair que leurs parents, parvenaient à jouer entre eux malgré les chaînes, leurs sourires éphémères traduisant leur profonde conscience des choses mais leur volonté de ne pas renoncer à l'espoir.
Et tout autour, des gens de toutes catégories sociales, de tous âges et de toutes natures, examinaient la marchandise et concertaient leurs conjoints. Parmi eux, certains n'avaient absolument pas les moyens de s'acheter un esclave, ça ne faisait aucun doute.

Mais s'il y a un endroit au monde où on se retrouve tous, n'est ce pas là où règne le vice ?

Les regards de Muad'dib et de Dehm'lin se promenèrent longuement sur les visages et dans les alentours des estrades, tentant d'apercevoir ces personnages, cachés dans l'ombre de leurs assistants, faisant tout pour ne pas se faire remarquer sous leurs capuchons brodés et leurs capes de soie.
Leurs proies étaient douées, agiles dans l'art de la dissimulation : être un truand nécessite certaines qualités. Ils savaient se tapir dans l'ombre, les yeux brillants sous la lueur des pièces d'or qui s'amassaient dans leurs sacs, les mains richement gantées se frottant avec satisfaction et avidité sous les manches des parures. Mais les Forbans avaient les yeux tout aussi aiguisés que les lames : Muad'dib avait appris à repérer ce genre de gens, qu'ils se cachent au sens propre ou au sens figuré. D'ailleurs, il venait de faire une belle prise. Un chapeau qui lui disait vaguement quelque chose se distingua derrière une tribune bien fournie en beaux esclaves… Un coup d'œil à Dehm'lin lui suffit à faire passer le message. Ils s'approchèrent très trèèèèès lentement, déguisés en personnes intéressées par l'acquisition d'un esclave - c'est-à-dire l'expression ouverte, échangeant des mots et des hochements de tête enthousiastes - puis s'arrêtèrent naturellement. Ils se positionnèrent de façon à pouvoir observer les faits et gestes de leur victime sans cesser de confondre leur conversation factice à celle des autres.

La souris remarqua assez vite que leur sujet d'étude s'agitait et qu'il pouvait être intéressant de s'approcher davantage pour écouter la conversation qu'il avait avec son assistant. Mais au moment de le signaler à Dehm'lin, ce dernier lui donna un léger coup de coude et lui indiqua du menton la direction opposée. Expert, Muad'dib tourna naturellement la tête et ses yeux tombèrent sur le décolleté – non, il ne fit pas exprès – d'une jeune femme joliment vêtue et arborant de magnifiques colliers scintillants cerclant sa gorge. Il l'observa un moment, surpris de voir une telle grâce et une telle légèreté dans un endroit où régnait fraude, illégalité, avarice et même peut-être perversité. Et cela fut une erreur. Les yeux de Dehm'lin se concentrant également sur la jeune personne, les regards lourds des Forbans attira la curiosité de cette dernière.
Comment ne pas devenir suspicieuse quand deux hommes vous regardent presque avec insistance ?..


Dernière édition par Muad'dib le Sam 12 Jan - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ancienPlume
Voir le profil de l'utilisateur
La Blanche
MENESTRELLE
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2012

Personnage

...
AGE: Age de votre personnage
SURNOM:
PROFESSION:
La BlancheMENESTRELLE
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Mer 28 Mar - 20:37

La journée précédente avait été longue, Plume avait dansé à un gala pour le départ d'un noble de la maison Atreides. Enveloppée de voiles elle avait créé un véritable mirage, ses mouvements créant dans els voiles colorés toute l'histoire du Noble qui s'en allait en voyage. Du mariage de ses parents à son départ en passant par son enfance elle avait tout dansé avec grâce et légèreté. Tous avaient applaudi comme il se doit la magnifique chimère mais elle n'avait guère eu de repos. Un message devait être porté, rapidement, dans le marché aux esclaves Non que ce soit des gens que la maison contactait souvent mais parfois il y avait des impératifs. Plume ignorait la teneur du message, elle devait remettre un pli scellé à quelqu'un qui la reconnaitrait et lui donnerait une phrase code assez simple et qu'elle utilisait souvent. Elle devait ensuite attendre la réponse.
Elle avait changé de forme pour répondre à la demande du Comte et s'envola, le parchemin bien à l'abri dans une sacoche fermée. Elle survola les terres pour se diriger vers l'endroit du rendez-vous et l'atteint au petit matin. L'homme qui devait al contacter était vêtu de soieries et se voulait discret. C'était difficile quand on se trouvait en compagnie de Plume, surtout dans un tel endroit. La jeune chimère dénotait largement dans l'univers crasseux qui l'entourait. Toute de blanc vêtue et parée de joyaux sans grande valeur mais qui la mettaient en valeur elle n'aurait pu se faire discrète même si elle l'avait voulu. Ses longs cheveux blancs, les plumes qui la parait, sa mise soignée, ses grands yeux d'azur, tout en elle détonait dans ce cadre glauque. Elle se sentait mal à l'aise et comme le lui demanda l'homme s'éloigna, se promenant un peu entre les étals pour s'occuper. Elle ne voulait pas se transformer ici, il aurait bientôt une réponse à fournir, elle ne pouvait guère s'éloigner.

LEs regards se tournaient tous sur elle, tout le monde l'observait mais un regard se fit plus insistant, un regard qui se perdait sous de nombreuses bouclettes et dont le coude toucha celui d'un autre homme qui vint, lui aussi, la regarder avec insistance. Plume leur renvoya leur regard puis s'avança vers eux d'un pas dansant, semblant flotter plutôt que marcher.

"Bonjour, vous comptez peindre mon portait pour me dévisager ainsi ?"


Elle sourit avec douceur, ses grands yeux bleu s'éclairant d'une lueur amuse. Elle 'nétait pas spécialement peureuse, elle avait sans doute tort mais après tout elle devait rester ici, alors autant discuter avec des inconnus, non ?
Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Jeu 29 Mar - 19:39

[HRP: j'adore ton poooost ! *o*]


Trop fier pour accepter la responsabilité de leur manque de discrétion, Muad'dib lança un regard assassin à Bouclette lorsque la jeune femme en blanc s'approcha. Le nouveau Forban était jeune mais très grand et faisait bien une demi-tête de plus que lui, ce qui fournissait des conditions de communication oculaire dégradantes à la souris.
La jeune inconnue, à l'allure gracile et pleine de volupté, avait une démarche dansante, légère... Presque hypnotique. Muad'dib sentit presque une goutte de bave venir humecter sa main ; un bref coup d'œil à Dehm'lin confirma que le jeune garçon n'était pas insensible à la beauté de la danseuse.
Lorsqu'elle ouvrit la bouche, seuls des mots doux et non dénués d'humour s'échappèrent. Pas de reproche. Muad'dib lui rendit son sourire, un sourire diplomatique contenant sa gêne.
Dans un tel cas, il avait intérêt à filer galamment la métaphore, à poursuivre la plaisanterie sans donner l'impression de courtiser.


« Hélas, je suis un bien piètre peintre, Mademoiselle. Je ne me permettrais pas d'offenser votre visage en tentant de le reproduire. »

La souris s'approcha par politesse, tout en gardant suffisamment de distance pour ne pas forcer Dehm'lin à faire de même. Retenant son chapeau d'une main experte, il inclina sensiblement la tête en guise d'hommages... Cela dit, son savoir-faire diplomatique lui interdisait d'en faire plus : pas de révérence, et pas de baisemain non plus... Non non, surtout pas. En revanche, il devait bien s'expliquer : après tout, les deux Forbans s'étaient permis de la fixer un certain moment ce qui était d'une certaine impolitesse.

« Veuillez excuser les regards indiscrets que moi et mon ami avons posés sur vous, Mademoiselle. C'est que nous ne nous attendions pas à voir une jeune femme si délicate dans un lieu pareil. »

Il se tourna vers Dehm'lin dont les regards passaient alternativement de l'inconnue au riche marchand, du riche marchand à l'inconnue... Quoi qu'ils s'attardaient plus sur l'inconnue.

« N'est-ce pas, Bouclette ? » demanda-t-il pour faire participer le jeune homme.

L'intéressé, par des yeux largement ouverts et un mouvement de la tête latéral, fit comprendre qu'il n'avait pas tellement suivi la conversation. Muad'dib l'ignora avec classe et se retourna vers la jeune femme, attendant une réaction de sa part.
Il n'avait pas tellement d'inquiétude au sujet de la suite de l'histoire... Il y avait visiblement peu de chance pour que l'inconnue en question soit une tueuse sanguinaire, particulièrement rancunière, qui n'hésiterait pas à les découper en rondelles sur le champ pour l'outrage qu'ils avaient commis. Il espérait simplement que Dehm'lin garderait un œil attentif sur le marchand : discuter avec la jeune femme aux cheveux couleur neige était une bonne façon de se fondre dans la masse, même si elle ne passait pas inaperçue, et de ne pas attirer l'attention.



Dernière édition par Muad'dib le Sam 12 Jan - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ancienPlume
Voir le profil de l'utilisateur
La Blanche
MENESTRELLE
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2012

Personnage

...
AGE: Age de votre personnage
SURNOM:
PROFESSION:
La BlancheMENESTRELLE
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Jeu 29 Mar - 20:20

[HJ : je suis fan des tiens aussi. J'ai édité pour enlever des fautes moches :/]

« Hélas, je suis un bien piètre peintre, Mademoiselle. Je ne me permettrai pas d'offenser votre visage en tentant de le reproduire. »

La chimère se fendit d'un large sourire qui illumina plus encore ses yeux d'azur. L'homme, à n'en pas douter, était un beau parleur. Ce n'était pas un Noble toutefois puisqu'il la salua d'un simple signe de tête qui, pour poli qu'il tait, n'était pas dans les habitudes des Grands de ce monde. Elle l'observa plus attentivement. Il avait l'air sérieux, presque grave, son regard bleu semblait d'acier et sa barbe était trop précisément dessinée, cela donnait une impression de rigueur que les lèvres fines ne démentait pas. Pour autant il ne semblait pas foncièrement méchant, juste...Déterminé peut être, sans doute était-ce le mot qu'elle cherchait. L'autre était bien plus grand et ses cheveux bouclés lui donnaient au contraire un air gentil, son regard ahuri lui conférait un coté benêt mais Plume était habituée à ce genre de regard et il faut avouer que dans cette fange elle détonait particulièrement. D'ailleurs le jeune homme le confirma :


« Veuillez excuser les regards indiscrets que moi et mon ami avons posés sur vous, Mademoiselle. C'est que nous ne nous attendions pas à voir une jeune femme si délicate dans un lieu pareil. »

Certes, l'endroit n'était pas de ceux qu'elle visitait en temps normal, mais après tout quand on veut voir le monde on ne peut se contenter des endroits merveilleux dont la beauté dépasse l'entendement, il faut pour les apprécier pleinement connaitre l'obscurité et l'horreur, la misère et la douleur, la peur et la tristesse...J'exagère, Plume n'avait rien vécu de tout cela et son grand regard confiant le prouvait bien assez clairement.


« N'est-ce pas, Bouclette ? »

La réaction, ou l'absence de réaction du dénommé Bouclette causa chez Plume un éclat de rire cristallin, comme une cascade de montagne au petit matin qui retentit, musique céleste improbable dans tout le marché. Ceux qui ne l'avaient pas encore remarquée, et ils étaient rares, se tournèrent vers elle un instant, son hilarité était communicative et l'espace d'un instant il sembla que le soleil se faisait plus doux sur cette place exposée, que le vent s'était apaisé, que le sable s'était reposé au sol, que le monde avait, un temps, cessé de tourner pour profiter de cet instant de pureté. Mais le vent repris sa course, le sable se fit plus mordant, rattrapant le temps perdu, le soleil tapa plus fort encore et le monde se remit à tourner.


"Bouclette donc, je suis Plume, enchantée"

dit-elle à l'attention du plus grand des deux avec un sourire amusé devant sa timidité. Puis elle se tourna vers l'homme aux yeux aigue-marine :

"Et vous êtes ? Si ce n'est pas trop indiscret ?"
Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Ven 30 Mar - 19:27

[HRP : Very Happy ]


La souris ne fut pas sans remarquer la sympathie dans laquelle semblait baigner cette jeune femme. Tout en sourire, en voix douce et en rires pures... Décidément, elle était un véritable mouton... Blanc. Dans un troupeau de bêtes noires. Muad'dib n'oublia pas sa mission mais songea que s'éloigner subitement mettrait en l'air leur couverture. Il se devait donc de poursuivre la conversation, peut-être d'y mettre fin rapidement si elle ne devenait pas intéressante...
Lorsque l'inconnue se présenta à Dehm'lin en tant que "Plume", le Chef des Forbans eut un sourire charmé. Un bien joli nom, et comme il lui allait bien... C'était exactement ça, elle était une plume. Légère, douce, avec quelque chose d'aérien.
Dehm'lin ne répondit qu'un bredouillement mal à l'aise, adressant un regard affolé à son aîné. Ce dernier hocha mollement les épaules pour lui faire comprendre qu'il pouvait répondre ce qu'il voulait. Du moment qu'il gardait un oeil sur ce satané marchand.
C'était un hochement d'épaules très communicatif.
La dénommée "Plume" se tourna alors vers notre souris pour lui demander poliment son prénom, toujours aussi gaiement.
Mmmmh... Serrage de main en perspective. Il ne voyait que ça, étant donné qu'il l'avait déjà saluée une première fois de manière sobre et distante. Le jeune homme inclina donc la tête une nouvelle fois et... Sortit le premier prénom qui lui vint.
Eh non, hors de question de lui donner son nom de Forban.


« Appelez-moi Reykin. » Nom stupide (et à la consonance pas du tout, pas du tout Fremen...). C'était l'ancien patronyme d'un de ses gardes les plus proches... Celui qu'il utilisait le plus souvent lorsqu'il devait s'inventer une nouvelle identité. Par ailleurs, il prononça ce prénom bien fort, de façon à ce que ce cher Bouclette comprenne qu'ils devaient rester anonymes, et bien.
Connaisseur du protocole, Muad'dib savait qu'il ne devait pas rendre la main à une femme avant qu'elle ne le fasse, il attendit donc qu'elle se propose elle-même de le faire. Si elle y tenait.
Malgré toutes ses péripéties, Muad'dib put apercevoir du coin de l'oeil les mouvements hagards et pressés du marchand au chapeau qui s'agitait dans tous les sens. Il n'avait de cesse de replacer son couvre-chef et de recompter ses pièces, tout en jetant des regards réguliers à une lettre ouverte dans sa main. Un éclaircissement de gorge de la part de Dehm'lin confirma qu'il était grand temps de s'occuper du cas de cet homme. Usant de son don pour l'improvisation, la souris détourna la conversation.
Il s'approcha du bord de l'estrade et s'y adossa sans oublier de balayer des yeux les esclaves qui s'y trouvaient.


« Vous cherchez à vous procurer des esclaves ? Ceux-ci m'ont l'air bien entretenus... » constata-t-il en retenant une grimace de dégoût. Enfin, ce n'était pas la première fois qu'il avait à jouer l'ignoble individu, à se fondre dans la masse de ceux qui n'ont aucun respect pour les autres. Il était en mission, il avait le droit de dire des choses affreuses qu'il ne pensait pas. Moralement, il avait le droit. Parce que de tout façon, c'est lui le chef.

Dehm'lin, de son côté, comprit qu'il devait se faire oublier et se concentrer sur leur objet d'observation. Même s'il était probable que Plume trouve ce brusque manque de délicatesse suspect, il espérait surtout que la conversation se mette à tourner davantage autour du commerce d'esclaves et de ses acteurs. Et puis, si elle ne s'avérait être qu'une mignonne petite danseuse égarée, il la laisserait en plan.
Gentiment.
C'est ainsi que procèdent les Forbans.


Dernière édition par Muad'dib le Mer 3 Oct - 12:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ancienPlume
Voir le profil de l'utilisateur
La Blanche
MENESTRELLE
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2012

Personnage

...
AGE: Age de votre personnage
SURNOM:
PROFESSION:
La BlancheMENESTRELLE
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Lun 9 Avr - 20:14

La jeune oiselle ne cacha pas, elle, une grimace de dégout profondément ancré en elle.

"Par les Cieux non !"

Sa réaction lui sembla soudain trop...fraiche, dénotant dans cet univers sale et l'homme ne semblait lui-même pas choqué par la façon dont étaient traités les esclaves. Il est vrai qu'il avait choisi, des stands proches, celui où ils semblaient le moins maltraités. Elle se reprit, reprenant un sourire un peu forcé mais toujours aussi doux.

"Je veux dire...Je ne saurais que faire d'un esclave, j'ai des gens qui m'aident, bien sur, mais ce sont le plus souvent des domestiques devenus mes amis à force de travailler avec moi. Je ne suis ici que pour mon travail."


Elle avait bien dit travailler avec moi et non pour moi, elle avait des domestiques mais en était une elle-même, une de haut rang, voila tout. Celui à qui elle avait donné la lettre, que bouclettes observait de temps à autre, tout en observant aussi les autres marchands d'ailleurs, mais en cherchant manifestement quelque chose de précis, commença à faire de grands signes tout sauf discrets en direction de la jeune femme. Elle soupira. Elle n'était déjà naturellement pas discrète et cultivait le plus souvent cela mais à ce stade autant lui dessiner une cible sur la tête pour tout rebelle se baladant dans le coin.
Elle n'avait pas tendu la main au forban quand il s'était présenté,non pas qu'il ne lui semble pas fort sympathique ou digne de lui serrer la main mais simplement parce qu'elle avait eu l'impression qu'il ne faisait pas partie de ce monde là et elle se rappelait elle-même son malêtre avant d'appartenir à cet univers, devant toutes ces coutumes complexes qu'elle maitrisait mal.

"Je crains de devoir vous fausser compagnie, le travail m'appelle. Mais j'ai étéi ravie de vous rencontrer, Reykin, Bouclettes"

Elle s'inclina avec douceur et allait s'éloigner vers le marchand toujours aussi discret.
Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Jeu 12 Avr - 13:11

Si la souris avait eu quelques années de moins, elle aurait sans doute commencé à sentir son cœur battre à tout rompre, ses tempes marteler et son son corps entier être envahi d'une vague de chaleur bouillonnante. La crainte, tout simplement, la peur que leur couverture soit fichue, qu'ils aient de graves ennuis.
Mais non, il était Forban depuis quelques temps maintenant, et c'était lui le chef. Alors au contraire, il se trouvait au cœur de son domaine de prédilection, plongé dans l'art qu'il maîtrisait le mieux.
Bon, sa vie et celle de Bouclette étaient presque en danger et ils ne devaient surtout pas se faire remarquer, mais c'était à peu près la centième fois qu'il se retrouvait dans une telle situation. Alors finalement, tout allait plutôt bien.

La jeune femme dénommée Plume s'exclama d'abord, comme avec horreur... Mais elle se rattrapa bien vite, s'exprimant avec le même calme que précédemment, pour expliquer qu'elle n'était pas ici pour acquérir un esclave. Muad'dib haussa les sourcils avec considération, sans abandonner sa posture décontracte. Il hocha la tête en adoptant un léger sourire, vague mais signifiant. Vous savez, un sourire du genre "Je voiiiis...".
Un sourire qui feignait l'intérêt à la perfection et qui lui permettait d'analyser la situation pendant un cours instant avant de reprendre la parole.


** Bien bien bien... Alors c'est une sorte de pacifiste de la noblesse, ou quelque chose comme ça ?.. C'est étrange mais... Nous ne sommes pas vraiment là pour ça. **

Il jeta un coup d'oeil à Bouclette qui jouait fort bien l'individu lambda en pleine introspection, les yeux dans le vague... Sauf que ses yeux à lui étaient posés sur le marchand au chapeau. Muad'dib en fut presque inquiet : l'élève allait-il surpasser le maître ? Jusque là, Bouclette n'avait jamais campé un rôle aussi bien... Ah, non, la souris n'avait plus aucun souci à faire. Dehm'lin tourna brusquement la tête vers son supérieur en lui lançant des regards insistants. Il désigna le marchand du regard, à la même seconde où Plume sembla porter son attention au même personnage. Son expression enjouée s'évanouit presque durant une seconde... Muad'dib, bien aidé par son apprenti et la jeune femme, comprit que l'homme au chapeau s'agitait à l'intention de... Plume elle-même. Son regard passa plusieurs fois du commerçant à son "interlocutrice", passant rapidement sur Bouclette qui montrait déjà des signes de panique.

« ... vous rencontrer. Reykin, Bouclette. » Seule la fin de la phrase parvint réellement aux oreilles du jeune homme qui était bien plus préoccupé par ce que ses yeux lui offraient que par ce que ses oreilles lui donnaient à entendre. Il regarda Plume avec politesse et sourit avec courtoisie, comme pour la permettre de s'éloigner. Oui, c'était sûrement ce qu'elle avait l'intention de faire. Son expression - un mélange d'hypocrisie et de mièvrerie, la même que ce que l'on trouve sur les visages des espions quand ils s'apprêtent à suivre leur cible après s'être fait passer pour des innocents - demeura figée dans ses traits jusqu'à ce que Plume ne puisse plus l'apercevoir du coin de l’œil, puis il prit un air très sérieux et tenta une communication visuelle avec Dehm'lin. Les deux jeunes hommes ne s'échangèrent que quelques "paroles", dont on peut facilement deviner le contenu, et, étouffant sa nervosité, la souris se mit à marcher dans la direction de son comparse. Il se rapprocha par ce biais du marchand et de la jeune femme en blanc qui semblèrent s'éloigner pour discuter.
Alors retentit à ses oreilles quelques paroles qui le firent frémir, lui arrachèrent même un frisson, quelques mots échappés dans l'empressement de ces lèvres juvéniles et encore impulsives qui ne pouvaient retenir les mots à la fois fougueux et irréfléchis d'un cœur vaillant et courageux mais pas encore tout à fait sage.


« Qu'est-ce qu'on fait ? »
Revenir en haut Aller en bas

ancienPlume
Voir le profil de l'utilisateur
La Blanche
MENESTRELLE
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2012

Personnage

...
AGE: Age de votre personnage
SURNOM:
PROFESSION:
La BlancheMENESTRELLE
Message Sujet: f | Ven 27 Avr - 9:17

Plume s'approcha du marchand inquiet et mal à l'aise qui triturait sa bourse puis son chapeau puis un parchemin, bref qui ne cachait plus guère sa nervosité. Plume ignorait tout de ce qu'il y avait dans la missive et n'avait guère envie de le savoir aussi le coupa-t-elle avant qu'il ne commence à parler :

"La réponse doit être écrite"

Le ton était sec mais elle le tempéra d'un sourire et ajouta :

"Je n'ai pas à connaitre les détails des affaires en questions, cela ne me concerne pas. Et cela évite les erreurs d'interprétation.


Le marchand soupira, hésita, faillit se lancer, mais Plume malgré son sourire avait l'air déterminée et elle connaissait son devoir, si le marchand se mettait à parler ici devant n'importe qui le Comte serait très mécontent d'elle. son regard d'azur posé sur celui, fourbe et lâche, du marchand finit par le convaincre d'obéir et de prendre un parchemin, une plume et un encrier. D'une main qui tremblait, ce qui exaspéra Plume qui se sentait coincée dans un étal puant l'homme mal lavé, la vieille vaisselle et la transpiration quand elle ne rêvait que de reprendre son envol dans un ciel azur où les rares odeurs étaient délices aux narines.
Elle regarda la foule d'un air désabusé, le marchandage d'esclave la dépassait, elle ne le concevait pas, ces gens semblaient si...Malheureux, mal en point, comment pouvaient-ils être utiles ainsi ? Comment pouvait-on tolérer de voir cette peur, cette colère, cette peine en eux et ne pas réagir ? Elle eut voulu hurler, mais elle était là pour une bonne raison et devait rester. Son regard se posa sur les deux jeunes gens avec qui elle avait discuté et elle inclina légèrement la tête en leur direction, attendant que le marchand finisse d'écrire.
Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Dim 6 Mai - 17:20

Le chef des Forbans retint son souffle un instant, les points serrés et la tête inclinée en avant. Dans cette position raide, son haut-de-forme plongeait son regard dans l'ombre et participait ainsi à dissimuler sa nervosité. Décidément, ce jeune Bouclette avait encore quelques choses à apprendre. La souris releva soudainement les yeux sur l'expression décontenancée de son apprenti et lui adressa un sourire crispé. Avant que quiconque le remarque, il le transforma en un début de rire naturel et ajouta une déclaration ayant pour but de conserver leur couverture.

« Haha, oui, vous avez raison !» Cette phrase qui n'avait rien à faire là ne fut pas sans surprendre le jeune Dehm'lin qui eut un mouvement de recul mais comprit assez vite l'idée. Il acquiesça donc en retrouvant ses talents d'acteurs et mêla son rire à celui de Muad'dib. Ce dernier finit par plonger ses mains dans les poches de son pantalon et entreprit de faire quelques pas dans l'autre direction. Il se plaça perpendiculairement par rapport à la scène qu'il observait entre Plume et le marchand et parvint à adopter un point de vue correct en déviant le regard, ce qui était discret mais pas sans difficulté. Bouclette s'approcha de l'estrade à laquelle son chef était adossé quelques secondes plus tôt et profita du moment où il passait devant lui pour lui souffler quelques mots.

« Vous croyez qu'elle travaille avec lui ? »

Muad'dib perçut effectivement la question mais une rapide expression blasée passa sur son visage au moment de constater qu'il ne pouvait pas lui répondre. Désormais, il était trop loin. Le jeune homme jeta des regards vagues tout autour de lui, s'attarda quelques secondes sur une jolie petite bonne femme, fixa les nuages pendant un instant, bref... Il attendait. Pendant ce temps, le second Forban observait les faits et gestes de la cible en se servant de reflet que lui proposait un bouclier posé non loin d'ici près de quelques armes. Un homme à l'armure cabossée se tenait juste à côté, un coude mollement appuyé sur un tonneau. Lorsque Muad'dib fit revenir son champ de vision dans les alentours du marché et non dans les étoiles, il croisa le regard de Dehm'lin, plein de questions auxquelles, bien sûr, il ne pouvait répondre. Il fit donc quelques pas, sentant l'empressement de son apprenti.

« En tout cas, elle à affaire avec lui... Elle m'a l'air un peu trop pacifiste pour être de ce milieu, je ne sais pas ce qu'elle lui veut mais je ne pense pas qu'elle ait l'intention de s'attarder. » Sans attendre la question qui se préparait à bondir des lèvres de Bouclette, il poursuivit. « Et je n'ai aucune idée de ce que peut bien être ce papier. Je ne sais même pas s'il nous intéresse, d'ailleurs. Nous allons attendre qu'ils aient fini : si elle se retire directement, nous poursuivons l'observation, si elle revient vers nous... Nous essayons d'en savoir plus. Enfin, j'essaye. Toi, tu continues à faire le guet. »

Tous les ordres qu'il avait à donner furent donnés, sans question, et de manière concise : Dehm'lin avait intérêt à avoir tout compris. Malheureusement, leur couverture se faisait de plus en plus mince et leur attitude perdait de sa discrétion. Quoique beaucoup de malfrats avaient tendance à murmurer sans se regarder dans les yeux dans ce genre d'endroit.
A la différence prêt que Muad'dib et Bouclette n'étaient pas des malfrats.


Dernière édition par Muad'dib le Dim 13 Jan - 0:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

ancienPlume
Voir le profil de l'utilisateur
La Blanche
MENESTRELLE
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2012

Personnage

...
AGE: Age de votre personnage
SURNOM:
PROFESSION:
La BlancheMENESTRELLE
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Jeu 5 Juil - 15:07

L'homme écrivit pendant des minutes qui parurent durer des heures à la jeune femme. L'endroit ne lui plaisait décidément pas et elle n'avait qu'une hâte s'en aller. Mais elle s'était eclipsée un peu précipitamment et elle entendait bien auparavant aller s'excuser de son départ auprès du jeune homme qui semblait observer le marché nonchalamment. Peut être un peu trop nonchalamment aurait pensé quelqu'un de plus aguerri que notre petite plume, mais elle avait l'âme aussi pure et naïve que son nom le laissait croire et elle ne s'en fit donc pas la remarque.
Finalement l'homme termina de noircir le parchemin, le sabla, l'enroula et le lui tendit. Elle le regarda et finit par dire, voyant qu'il ne réagissait pas


"Et le cachet ? Je dois tout de même prouver que je me suis adressé à la bonne personne, que je n'ai pas lu les parchemins en route...Enfin un peu de bon sens que diantre, si je n'étais pas digne de la confiance que l'on a en moi imaginez ce que je pourrais apprendre sans que personne ne le remarque."

Elle soupira et l'homme s'exécuta, toujours aussi nerveux. Elle ignorait ce que contenait les messages mais manifestement cela n'avait pas plu à l'homme qui suait à grosses gouttes, pas uniquement à cause de la chaleur torride qui régnait dans ce lieu empuanti par les odeurs corporelles des vendeurs -oui parce que les esclaves, eux, étaient lavés régulièrement tout de même, pour présenter bien-.

Finalement le parchemin, cacheté, dans sa besace elle retourna vers Muad'dib et sourit légèrement :


"Navrée de vous avoir abandonné si vite, mais je ne suis pas vraiment là pour me détendre"

Un euphémisme, et puis aucune personne censée ne serait venu dans un lieu aussi glauque pour se détendre.


"D'ailleurs, je crains de ne pouvoir rester très longtemps, on m'attend au palais avant la fin de la journée."


Elle esquissa un sourire destiné à prouver qu'elle ne souhaitait pas particulièrement quitter une compagnie agréable et un lieu moins agréable, mais que le devoir passait avant tout.
Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Mer 11 Juil - 18:16

Muad'dib et Dehm'lin purent constater que la jeune femme en blanc avait fort à faire avec le marchand au chapeau. Ce dernier s'agitait nerveusement comme si sa vie dépendait des quelques secondes qu'il mettrait à écrire sur ce parchemin, alors qu'en face, la dénommée Plume attendait patiemment qu'on lui retourne le document. La souris eut du mal à observer correctement la scène puisqu'elle était située perpendiculairement par rapport aux deux protagonistes. Bouclette, lui, bénéficiait du reflet du bouclier, ce qui pour autant lui offrait une vision trouble et imprécise de ce qui se passait entre la jeune femme et le vendeur d'esclaves.
Plusieurs fois, leur nouvelle rencontre adressa la parole à son interlocuteur qui était toujours penché sur le parchemin, griffonnant tout en jetant des regards paranoïaques dans tous les coins. Dehm'lin commença à perdre patience. Il le fit savoir en poussant un gros soupir au moment où son supérieur se mit à fouiller le sol du bout de sa chaussure, cherchant un truc machinal à faire. Sur la place, le sable était mélangé à une espèce de glaise sèche, sûrement apportée par les marchands qui foulaient toutes les terres, et se creusait de façon bien moins fluide que dans le reste du désert. Comme vous pouvez vous y attendre, cela ne surprit pas Muad'dib qui cessa rapidement sa chasse au trésor pour lancer un regard accusateur à son disciple. En se tournant vers leur cible, il lui fit comprendre qu'il avait l'intention de se positionner de façon plus stratégique, quitte à se mettre en danger, histoire que tout ça avance plus vite. Il constata qu'avant de s'éloigner du marchand pour les rejoindre, Plume demanda une dernière chose à l'homme au couvre-chef puis glissa le document dans une besace. Un instant, le Forban souhaita qu'il dépasse de manière providentielle, qu'il puisse le dérober et se faire un délice de le lire... Mais la chance ne sourit jamais aux pauvres, ni aux nécessiteux, et encore moins aux hors-la-loi. Quoi que, sans doute plus qu'aux nécessiteux, finalement.
Le parchemin était bel et bien enfoui dans le sac, pas un seul millimètre de sa surface ne pointait le bout de son nez.

Plume vint s'excuser de s'être éclipsée... Et d'être en obligation de le refaire. Muad'dib s'empressa d'effacer le sourire sympathique qui étirait ses lèvres depuis qu'elle s'était rapprochée de lui et adopta un air inquiet.


« Tout va bien, cet homme ne vous a pas fait de mal ? Pardonnez mon indiscrétion mais je dois vous dire que je connais cet homme de réputation, et il est loin d'être respectable. Vous devriez vous méfier... » souffla-t-il en fixant le fameux malfrat du regard, agitant légèrement la tête en s'accordant à ses gestes. Il reposa enfin ses yeux sur le visage de Plume, comme pour s'assurer avec bienveillance qu'elle n'avait subit aucune violence. Dehm'lin s'approcha également, imitant la souris en feignant l'inquiétude.
Muad'dib finit par reculer d'un pas, faisant semblant de constater qu'elle n'avait rien. Un sourire rassuré fendit son visage, puis il plaisanta :


« Quel que soit ce qu'il vous a donné, vous devriez le brûler ! C'est probablement contaminé par le vice et l'impureté... » Il accompagna ses propos d'un petit rire amusé, espérant que Plume revienne sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas

ancienPlume
Voir le profil de l'utilisateur
La Blanche
MENESTRELLE
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2012

Personnage

...
AGE: Age de votre personnage
SURNOM:
PROFESSION:
La BlancheMENESTRELLE
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Jeu 12 Juil - 19:49

L'homme s'inquiéta de sa santé et Plume esquissa un sourire amusé et flatté tout en répondant

"Il sait qui je suis, il sait aussi ce qu'il lui en coûterait de toucher un seul cheveux de ma tête. Ne vous en faites pas pour moi, cet homme ne m'aurait pas touchée, quand bien même sa vie en aurait dépendu."


De fait si Plume était loin d'être mondialement célèbre tous ceux qui travaillaient avec le Comte savaient qu'elle était sa protégée et qu'oser la décoiffer pourrait coûter un bras, une jambe ou quelques années de torture. Par conséquent aucun des forbans avec qui elle devait parfois discuter n'osait ne serait-ce que lever les yeux sur elle ou élever la voix en sa présence. Ce qu'elle appréciait grandement car cela lui évitait d'avoir à supporter leur babillage, leur haleine fétide ou de savoir précisément de quoi ils s'occupaient.
Fort heureusement elle avait rarement à subir la compagnie de gens de mauvaise vie, d'abord parce que le comte n'était pas en affaire avec beaucoup d'entre eux et ensuite parce qu'il savait son aversion pour ces gens au sourire édenté et à l'odeur rance.

Elle esquissa un léger éclat de rire, cristallin sous le soleil de plomb qui les dominait quand il parla du parchemin.


"Ce n'est pas pour moi et je me garderais bien d'y toucher, rassurez-vous."

Elle sentait bien que l'homme était plus curieux qu'il ne souhaitait le montrer mais elle trouvait sa compagnie agréable et savait qu'elle ne risquait guère de lui donner d'informations intéressantes étant donné qu'elle prenait grand soin de ne pas être informée de choses compromettantes.
Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Mer 3 Oct - 13:32

[HRP : Je m'excuse mille fois pour le temps de réponse et la longueur du post, blah blah blah, discours habituel... Je me suis forcée à écrire aujourd'hui en rattrapant mes deux RPs en retard (vais-je réussir à rédiger le premier post d'un RP prévu depuis un moment déjà ? Le suspens est à son comble !) mais je n'ai pas été violemment frappée par l'inspiration... Et pour ce qui est de mon délai, tu sais de quoi il en retourne... ^^']


La réponse amusée de Plume ne fut pas sans déplaire à Muad'dib puisqu'elle compliquait un peu les choses. Il feignit le soulagement et eut un léger rire de convention mais se renfrogna intérieurement. Il ne pouvait pas vraiment rebondir sur ce qu'elle venait de lui dire car, même si elle lui avait livré une information pertinente - à savoir qu'elle était protégée par quelqu'un ou quelque chose de très puissant - il ne pourrait pas poursuivre la conversation en s'appuyant sur ce fait. Non, surtout pas. Ce serait bien trop dangereux. Il la laissa donc poursuivre, s'accordant un sursis de quelques secondes pour trouver une façon d'aller plus loin.
La jeune femme expliqua que le parchemin ne lui était pas destiné, ce qui séduit la souris davantage. Ça, ça pouvait être intéressant.


« Oh, vous êtes donc ici en tant que messagère ? Cela explique votre présence dans un environnement aussi éloigné de votre évidente délicatesse... » conclut-il en évoquant leur discussion première ce qui participait à dissimuler sa curiosité vis-à-vis de ce fichu parchemin. « Difficile de trouver une profession pour laquelle on voyage plus, n'est-ce pas ? Je vous envie. Avez-vous malgré tout un point d'encrage, une habitation qui vous appartient ? » poursuivit-il dans une candeur bien imitée.
Son ignorance sur le sujet était largement feinte puisque lui même avait déjà eut affaire à des messagers. De nombreuses fois. Et à l'époque où il n'était qu'un simple Forban, on lui avait déjà assigné des missions de ce type. Du pays, il n'en avait pas vu tant que ça. Mais il avait découvert qu'il y avait plusieurs sortes de messagers. Ceux qui n'avaient pas les moyens de s'offrir un envoyé privé faisaient appel à des mercenaires, des émissaires auxquels on ne pouvait accorder qu'une confiance très moyenne et qui faisaient souvent montre d'un opportunisme indécent. Et puis les nobles, eux, profitaient des services de messagers personnels, nourris, logés et blanchis, qui n'avaient aucun intérêt à trahir leur employé.
Pour ce qui était de la fameuse Plume, c'était limpide. Elle était au service de quelqu'un d'important, de riche, de grand. Savoir qui, c'était inespéré. Il ne fallait pas tenter le Diable, non plus. Mais il pouvait tomber sur une piste.
Il ne fallait pas lâcher le morceau.


De son côté, Dehm'lin gardait un œil attentif sur le marchand qui rassemblait prestement ses effets dans des gestes nerveux et peu efficaces. Il le vit interpeler son assistant qui était occupé à négocier et lui faire signe de s'approcher en vitesse. Ils s'échangèrent quelques mots puis l'homme au large galurin passa une dernière fois en revue son plan de travail totalement vide. Alors il chargea ses effets derrière la selle d'un cheval brun que le jeune Forban remarqua à cet instant et s'éloigna au pas. Dehm'lin ouvrit de grands yeux et commença à paniquer : il attira l'attention de son aîné en s'approchant de la manière la plus naturelle possible et en plongeant son regard juvénile dans celui de la souris. Cette dernière se tourna vers lui et lui adressa un sourire aimable - rassurant, dans le langage Forban - tout en clignant des paupières et en secouant presque imperceptiblement la tête de gauche à droite. Rien qu'une fois, n'agitant que quelques mèches de cheveux. Tant pis si Plume le voyait, il n'avait pas le choix.
Cela signifiait qu'ils n'avaient plus rien à faire de ce fameux marchand, qu'il pouvait bien s'éloigner : cela n'avait pas d'importance. Ce qui avait de la valeur, désormais, c'était ce parchemin, et Plume. Une information croustillante, il leur en avait offert une sur un plateau : c'était la jolie petite messagère de quelqu'un, et sa sacoche.
Le bout de papier, ils ne le verraient pas. Mais maintenant, il fallait parler.
Revenir en haut Aller en bas

ancienPlume
Voir le profil de l'utilisateur
La Blanche
MENESTRELLE
avatar
Joueur
Féminin

MESSAGES : 92
DATE D'INSCRIPTION : 20/03/2012

Personnage

...
AGE: Age de votre personnage
SURNOM:
PROFESSION:
La BlancheMENESTRELLE
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Dim 14 Oct - 11:24

Plume sourit et d'un geste de la main mis en évidence les plumes qui ornaient sa tête et son cou.

"Je suis une Chimère, rien ne m'appartient, rien ne m'appartiendra jamais. Je n'ai que l'immensité du Ciel, la douceur ouatée des nuages, le reflet du soleil levant sur les flots infinis et la force de l'orage...."


Nouvel éclat de rire joyeux, doux, tintant sous le soleil du désert qui semble palir devant sa simplicité

"Mais peut être est-ce plus que quiconque finalement. Et c'est plus que je ne saurais jamais en désirer."


Elle plongea son regard dans celui de Muad'dib, l'azur rencontrant l'acier :


"Mais votre question était peut être de savoir où vous pouvez me trouver, si l'envie vous prenait de me revoir ? En ce cas la réponse est plus simple, lorsque le chateau d'Atreides organise des festivités l'on m'y trouve dansant pour les invités."


Elle s'inclina légèrement et ajouta :

"D'ailleurs je serais ravie, un jour, de danser pour vous, Reykin. Ou, plus simplement, de vous revoir, dans un endroit moins....plus...Enfin n'importe où ailleurs qu'ici. "

Elle sourit légèrement, l'endroit lui déplaisait, ces odeurs, cette poussière, ce soleil, tout était si terre à terre en ce lieu de peine et de colère. Nul éclat de rire à part les siens n'avait troublé l'air lourd et immobile, nul vent n'avait fait voler ses plumes légères ou fait frémir sa jupe, nul ombre n’apparaissait si ce n'est sous des tentes surchauffées et aucun sourire n'ornait les visages, aucun qui soit sincère, aucun qui ne soit celui d'un marchand content de sa vente ou d'un client heureux de son acquisition. Même Reykin avait adressé un signe à Bouclettes, il n'était pas là pour le plaisir, ce qui était une évidence, l'endroit évoquant tout sauf le plaisir.

"Mais pour l'instant votre ami et vous semblez occupés et je ne voudrais pas vous déranger plus longtemps. Je vais prendre congé."

Revenir en haut Aller en bas

ancienMuad'dib
Voir le profil de l'utilisateur http://archieoctopus.deviantart.com/
Le Fremen
CHEF DES FORBANS
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 125
DATE D'INSCRIPTION : 09/02/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Chef des Forbans
Le FremenCHEF DES FORBANS
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] | Sam 12 Jan - 15:52

Spoiler:
 

Lorsque la jeune femme lui montra les plumes claires qui recouvraient son cou, Muad'dib élargit son sourire sans s'en rendre compte, émerveillé par l'aspect onirique de la créature qui se tenait devant lui. Son côté mystique ne s'exaltait que maintenant, alors que le Forban était jusque là resté concentré sur sa mission. Ses yeux de glace se remplirent d'une admiration envieuse et enfantine qui s'étendit à son visage entier, retrouvant l'espace d'un instant toute sa sincérité. Il écouta les mots de Plume d'une oreille gourmande de contes, de voyages et d'histoires fantastiques mais elle ne s'étendit pas. Elle rit de nouveau, de son rire cristallin tellement étranger à ce lieu, et poursuivit, extirpant avec douceur le jeune homme de ses songes éveillés et inappropriés.
Il eut finalement la réponse attendue : elle était de la Maison Atréides. Ce n'était pas très étonnant, elle était une brise de fraîcheur et de légèreté. Aucune autre allégeance et aucune autre profession ne lui aurait mieux correspondu que danseuse chez les mécènes. Ravi d'avoir eu ce qu'il voulait, le jeune homme hocha la tête pour feindre un intérêt modéré mais n'ajouta rien. La jeune femme, elle, fit une élégante révérence et l'invita même à venir la voir, exprimant son amitié.
Songeant à sa profession, s'imaginant, lui, le Chef des Forbans, lui, celui qui vivait dans l'ombre et la poussière, lui, celui qui passait son temps à lutter, lui, entouré de nobles, à apprécier un spectacle de danse; oui, songeant à la scène, il ne put retenir un rire franc.

«
Ce serait avec joie. » souffla-t-il sincère mais sachant pertinemment que ça ne se ferait pas. Sûrement pas. Peut-être pas.

A la suite de ça, Plume mit prestement fin à la conversation, signalant poliment qu'elle allait se retirer. Muad'dib s'inclina avec galanterie, invitant d'un geste discret Bouclettes à en faire de même, puis salua la jeune femme :

«
Ce fut un plaisir Mademoiselle. A bientôt, je l'espère ! ». Puis il la laissa s'éloigner, la regardant encore un peu, cette petite plume blanche, cette once de volupté. Lorsqu'elle disparut, il resta à fixer l'endroit où elle se tenait encore quelques secondes plus tôt et secoua la tête de droite à gauche, discrètement, revenant peu à peu à la réalité. Il n'était pas convaincu de sa performance. Le marchand ? Parti. La messagère ? Partie aussi. Tout ce qu'il savait, c'était que le premier fricotait avec la Maison Atréides, d'une façon ou d'une autre. Ce n'était pas si mal, mais ça aurait été bien mieux s'il avait eu une façon d'aller plus loin et de découvrir quoi. Désormais, il serait difficile de rendre cette information utile, d'en faire quoi que ce soit...

«
Comptez-vous allez à Caladan, chef ? »

La voix de son compagnon chassa les pensées contrariées du Forban qui se tourna soudainement vers lui, comme surpris de le voir à ses côtés.
Il haussa les épaules et posa son regard sur le sol poussiéreux.

«
Bien sûr que j'irai à Caladan, Bouclette. Il fit une pause et releva la tête, plongeant ses yeux dans ceux du jeune homme perplexe. Mais pas pour la voir danser. »

Muad'dib tourna alors les talons. Dehm'lin se mit en marche à ses côtés et les deux silhouettes se fondirent dans la foule grouillante, silencieuses mais ne perdant pas une miette de ce qui se passait autour d'elles. Le col haut se son manteau dissimulant le bas du visage de l'un, un chapeau haut-de-forme ombrageant les yeux de l'autre.



~ Merci de nous avoir lus ! ~
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Joueur
Personnage
Message Sujet: Re: Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE] |

Revenir en haut Aller en bas

Une petite plume blanche dans une étendue de boue... [PV Plume][TERMINE]




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Rêves d'Inverness - Forum roleplay :: Marché aux Esclaves-