Votez !



Lyn ◊ La Panthère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Lyn
Voir le profil de l'utilisateur http://shutdown.forums-actifs.com/
La Panthère
INFORMATRICE
avatar
Joueur
Féminin

AGE : 25
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 15/07/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Informatrice
La PanthèreINFORMATRICE
Message Sujet: Lyn ◊ La Panthère | Dim 15 Juil - 19:28

◊ Lyn
La panthère dans la nuit.


    Nom : Starfield.
    Prénom : Lyn.
    Sexe : Féminin.
    Age : 26 ans.

    Nature : Chimère.
    Allégeance : La Poursuite.
    Classe/Profession : Informatrice.

◊ Description Physique
Beauté farouche et féline ; prenez-garde...

Elle miroite et ondule comme le reflet des eaux dans la nuit, se trouble puis devient une autre, sous l'impulsion de la mélodie de la Poursuite... Quelle Lyn rencontrerez-vous ?
Facette du commun.

Face à la porte, sur un large banc à jouer de l’argent parmi les soulards ; vous la remarquez à peine. Un peu bruyante mais sans se verser dans l’excès, elle se fond dans la masse. Elle porte sa chope à ses lèvres – à la carnation naturellement plus foncée que la moyenne – et derrière ses longs cils noirs brillent ses prunelles d’émeraude. D’un regard circulaire, elle guette. La plupart de ses tatouages sont dissimulés par une chemise carmin ; avec son teint basané et ses manières un peu rustre, on la confond aisément avec les travailleurs qui dépensent leurs salaires journaliers en boisson.
Sa beauté la démarque. Et de cela même elle sait s’en accommoder. Elle a ramené ses mèches d’ébène qui d’habitude balayent son visage, dévoilant ainsi son front, un soupçon trop plat, trop reculé comparé à ses mâchoires et son museau – un détail physionomique qui n’est pas considéré comme « beau » aux yeux de la plupart mais dont l’esthétisme rappelle le faciès félin. La crasse légère, la sueur aussi, viennent parfaire son déguisement, aussi désagréable celui puisse-t-il être.
Enfin, sa proie quitte la salle et disparaît dans la nuit. Lyn se lève et, d’un pas lourd qui fait grincer le plancher, s’aventure à l’étage de l’établissement, jusqu’à se glisser dans sa chambre, audible de tous.
La minutie des détails.

Lyn compte jusqu’à dix et se relève. Les planches ne grincent plus sous ses pas, l’ivre se transforme en rôdeuse nocturne aussi discrète qu’un souffle. Elle ressort dans le couloir désert à pas de loup – de panthère – et avance, sûre et silencieuse, jusqu’à la porte de sa proie. Ses mains trouvent les crochets et sous ses doigts agiles en dépit de leur aspect masculin – courts, musclés, ongles coupés ras et polis – la serrure cliquète et cède. Prenant garde à ne pas faire geindre les gonds, Lyn s’infiltre dans l’antre de sa proie.
Une fouille méthodique est alors entreprise, où chaque objet est déplacé puis remis à sa place, où chaque latte est examinée avec soin, chaque double tiroir inspecté avec mille précautions – on est jamais à l’abri d’un piège saugrenu. Ses mains sont des outils agiles. Son regard vogue dans chaque recoin, pupilles dilatées par le manque de lumière qui n’arrête en rien les nyctalopes. Les fines ailettes de son nez frémissent, en quête du parfum du papier et de l’encre, la peau de ses mains, sensible, tâtonne et analyse avec une précision d’orfèvre, tandis que ses oreilles – que certains pourraient trouver trop grandes, trop rondes, mais qui sont d’un adorable exquis une fois sous sa forme originelle - sont à l’affut du moindre bruit suspect. Son passage est à peine détectable ; Lyn prend soin de ne laisser aucune trace, ne porte pas même de parfum - il se dégage d'elle cette odeur naturellement brumeuse et boisée du chaos qui s'estompe sitôt la jeune chimère disparue.
Non. Ce pourquoi elle est venue ne se trouve pas dans cette pièce.
Il est temps de partir en quête de son locataire.
Le corps en action.

Là, enfin, l’air de la nuit. Lyn s’est débarrassée de sa chemise encombrante et son col étriqué et a couvert le bas de son visage d’une étole foncée. Ses bras, nus, dévoilent sa vie sous le regard de la lune. Perchée sur les toits, tout juste sortie par la fenêtre de sa chambre, ses pieds trouvent curieusement l’équilibre sur les tuiles glissantes. Sa musculature se tend dans l’attente, son corps tout entier se raidit, jusqu’au moindre muscle.
Chanceuse, elle l’est, car elle perçoit déjà la voix de l’homme qu’elle cherche, dans une ruelle éloignée. Souple et agile, elle entame sa course, avale les distances dans un élan furtif, bondit d’un toit à l’autre avec une habileté nouvelle. Chacun de ses muscles amortit l’atterrissage tout calculé. Un passage difficile, et la voilà qui rivalise d’acrobaties ; à la force des bras, elle avance, arque son corps, le balance, se hisse. Puis se laisse glisser à nouveau au sol, se réceptionnant d’une roulade experte.
La voilà repérée.
Lyn se saisit de sa dague, esquive et frappe, encaisse et se défile pour mieux revenir à la charge. Elle s’étire en une parade, se regroupe en une attaque et finalement dérobe ce dont elle avait besoin. Il n’y a plus qu’à prendre la poudre d’escampette. Ses foulées sont tout en puissance, longue et mesurées, portant sa course à une vitesse insoutenable. Enfin, une grille qui s’élève. Avec l’agilité féline, elle se glisse entre les barreaux, chose impensable pour le commun des mortels. Un clin d’œil au dérobé, et la voilà qui, hors de portée, reprend sa fuite.
Artifices suaves.

Le jour de la livraison est arrivé.
Lieu public, fête commune, Lyn est parée pour les grandes occasions. La robe fendue est portée avec grâce et dévoile les courbes les plus enchanteresses de sa plastique pourtant sèche, noueuse, musclée. Elle dévoile des chevilles délicates, appuis sûrs et souples. La longueur de ses jambes, fuselées, est mise en valeur. En dépit de son tronc large, sa poitrine modérée sait charmer et, son ventre plat est souligné par la courbe de ses hanches. Même si tout le portrait pourrait permettre d’en douter, la forme humaine de Lyn s’avère des plus appréciée. Pour une fois, ses longs cheveux couleur jais, soyeux – à l’instar de sa fourrure féline – sont lâchés en une cascade ondoyante et ses traits, d’ordinaires conservés communs, s’illuminent sous les contrastes d’un maquillage soigneux.
Elle trouve le commanditaire, lui tend l’enveloppe avec grâce et naturel. Le cachet est examiné. On lui demande –stupidement, si vous voulez son avis – si elle a consulté son contenu. Elle ment, dit que non, d’une voix chaude et basse. Ses prunelles s’animent d’une note sulfureuse et son vis-à-vis prend ce regard pour une flatterie. Satisfaite, elle passe discrètement sa langue sur les pointes de ses canines plus aiguisées que la moyenne avant d’offrir un sourire entendu. Si elle lui accorderait cette danse ? C’est que… elle fait mine d’hésiter, adapte sa gestuelle, avant d’accepter faussement embarrassée.
◊ Caractère
Souffle changeant, curiosité et mystère sous une détermination sans faille.

Difficile de connaître Lyn, la véritable, lorsqu’on n’aperçoit qu’une ombre aux milles visage. Pourtant, elle est bien trop fière pour éradiquer sa personnalité dans le long et fastidieux processus de l’espionnage. Le bon côté, c’est que chacune de ses facette se détache avec une authenticité experte, à peine feinte. Car trop en faire, c’est parfois hurler sur tous les toits combien on est suspect.
Fierté farouche.

« Je suis une affranchie, et alors ? ça t’pose un problème ? »
Lyn fait alors craquer ses phalanges puis ses cervicales. Oh. Oh. Filez, vous avez des ennuis.
Rester dans l’ombre n’attire ni les clients, ni les pigeons. Lyn n’a pas mis longtemps à le comprendre et a vite trouvé la juste mesure entre discrétion et ostentatoire. Chimère au caractère forgé par la servitude, défiante à souhait, elle est aisée à provoquer en public, la première à s’interposer, à s’exprimer quand la situation s’y prête. Garder profil bas, elle conserve cette attitude pour les grandes occasions. Peu lui importe si tout le monde connaît Lyn l’affranchie, tant que peu connaissent Lyn l’informatrice et que seuls quelques-uns sachent qu’elle travaille pour la Poursuite.
Le secret réside dans le minutieux dosage.
Mais en dépit de son aisance dès qu’il s’agit de s’imposer, Lyn fait preuve de méfiance à l’égard de son entourage. Peu aisé de gagner la confiance de la féline chimère ; au moindre faux-pas, son regard s’étrécit et le sarcasme suinte de ses lèvres. Amère, elle prendra ses distances.
Prudent Stratège

Pas à pas, Lyn se fonde dans les ténèbres. Si dès qu’elle s’enflamme elle se transforme en véritable tête brûlée, la plupart du temps, elle donne une place maîtresse à l’observation. Lyn est comme le félin qui guette sa proie ; tapie, elle suit avec attention le moindre des mouvements, analyse avec parcimonie chacune de ses options, sonde les possibles. Hume et ressent. Alors, seulement, une fois que toutes les chances sont de son côté, elle se laisse aller à l’ivresse de la course, apprécie l’adrénaline qui court dans ses veines. Parfois, l’assurance dessine un sourire carnassier sur ses lèvres.
& goût du jeu.

Pour contrebalancer sa minutie et sa patience, Lyn s’avère apprécier les risques. Quand l’opportunité lui est donnée, elle relève les défis et lance les paris. De la même façon qu’elle répond à la provocation, elle se lance dans des jeux de toutes sortes. Elle se complait dans la victoire, y resplendit, et la défaite éveille en elle une rancœur vivace.
C’est aussi ce qui anime son côté séductrice. Tout en conservant un air hautain, elle s’amuse d’un battement de cils à en envoûter plus d’un. Et les plus coriaces… sont probablement ceux qu’elle préfère.
La balance de la franchise.

Bien que Lyn soit changeante et que ses traits de caractères puissent avoir des aspects antagoniques – sans oublier son métier d’espionne – elle fait preuve d’une curieuse franchise. Directe, droite, campée sur ses principes et spontanée, elle ne manquera pas de dire ce qu’elle pense, tant qu’un rôle ne l’en empêche pas. Une qualité nécessaire pour maintenir l’équilibre de sa personnalité.
Le revers de la médaille.
.
Qualités ? Hélas, chacun des aspects de la personnalité de la jeune chimère peut s’avérer aussi bien être une qualité qu’un terrible défaut. Sa franchise en vexera plus d’un – surtout dans ses débuts – et lui attira bien des ennuis. Souvent couplé au sarcasme et à l’insolence, sa défiance lui aura valu bien des coups lorsqu’elle n’était qu’une esclave. Son attirance pour les risques et sa curiosité l’attirera plus d’une fois dans des impasses. Sa patience donnera lieu à de multiples occasions manquées. Et sa fierté l’empêchera parfois de faire marche arrière.

◊ Équipement
Les atouts de la survie.

Pragmatique, elle voyage léger. Il serait dommage d’attirer inutilement la convoitise de bandits, ou de perdre tout son paquetage à la moindre escarmouche, n’est-ce pas ?

Voyager

Une tenue de voyage implique nécessairement des bottes de cuir souple et solide, un pantalon qui sans être moulant, n'entrave en rien les mouements et dont le tissus épais protège des intempéries. Les hauts, eux, peuvent varier, selon l'impression qu'elle veut donner, la contrée, ou même ses fantaisies. Du veston de cuir ceintré aux chemises à manches bouffantes, Lyn sait composer avec ce qui lui tombe sous la main, au détour d'un marché ou auprès d'un vendeur ambulant. Néanmoins, elle a une nette préférence pour les vêtements qui dénudent ses bras et ses épaules, histoire d'exhiber fièrement ces tatouages qui retracent son existence. Une Distille complète sa modeste garde-robe.
L'étole vient se joindre au panel, indispensable pour se protéger de la fournaise du désert ou dissimuler son identité. La cape, elle aussi, se fait polyvalente au possible, de vêtement de discrétion à véritable rempart contre les déboires météorologiques, ce vêtement d'excellente facture peut même être renforcé par une doublure de laine, quand l'altitude ou les nuits d'hiver le rendent nécessaire.
Ajoutez à tout celà les ressources essentielles en quantité réduite au strict minimum : eau, nourriture, et monnaie.
Lyn aura plus tendance à vivre au jour le jour et à se dégotter de quoi vivre en court de route. De toute façon, ce n'était pas comme si la faim lui était étrangère.

Le Kit

Les dangers sont à tous les coins de rue, la liberté une denrée rare que Lyn a appris à protéger à tout prix. Sans compter son métier à risques, et les divers outils pour mener à bien chaque missions. La chimère possède donc un arsenal varié, simple, astucieux, léger. Imprévisible, Lyn saura vous donner du fil à retordre.
Pour les grands jours, son arme la plus remarquable restera son shamshir. Obtenue le même jour que sa liberté, cette petite cimeterre au tranchant unique constitue à elle seule une panoplie plus que bienvenue dans une ville de pirate ; elle annonce et dissuade.
Sinon, Lyn est adepte de discrétion. Un stylet sous le cuir qui protège son avant bras, une dague dissimulée dans une botte, une seconde au creux des reins, nettement plus en évidence. Plus surprenant, cependant, reste sa panoplie d'accessoires en tout genre, passe-partout et crochets, poison pour endormir ses proies, aiguilles... Et même ce câble de métal fin aux utilités multiples. Muni d'un grapin, il donne accès à des lieux retirés, affublé de crochets, il devient l'outil du fumnambuliste. Il peut même se convertir en arme redoutable une fois dans la mêlée et participer à la confection d'un piège pour la retraite.
Vous l'aurez compris, Lyn fera preuve d'ingéniosité et d'imagination pour vous en faire voir de toutes les couleurs.

◊ Ambitions
Liberté pour maître-mot.

Le souvenir encore vivace de la chaleur du désert du Lansraad, la sueur, la peine et la douleur, cet amalgame de rancœur et de souffrance sont ancrés en Lyn, comme en témoignent les tatouages sur sa peau. Lyn n’a qu’un désir, éliminer l’injustice, rendre la liberté à tous ces esclaves. Son objectif peut paraître lointain, irréalisable, mais elle fait preuve d’une détermination sans faille.

◊ Compétences
Furtive et séductrice, les sens à l'écoute.

Lyn est avant tout l'informatrice de la Poursuite. Cela entraîne bien entendu un panel de capacités diverses, et une grande responsabilité. Une seule information erronée peut entraîner la mort d'un Poursuivant. La moindre fuite peut mettre à mal toute une opération. La moindre erreur, entraîne aussi sa propre condamnation. Et cette seule certitude pousse n'importe qui à devenir le meilleur dans son domaine.
Les capacités de Lyn sont en parfaite relation avec sa qualité de chimère apparentée aux félins. C’est une jeune femme toute en souplesse, dotée d’une grâce teintée d’assurance, d'un sens de l'équilibre hors-pair, d'un don certain pour évaluer les distances, d’une force certaine, mais sans excès. Si affrontement il y a, Lyn mise sur la vitesse et l’astuce, l’écoute et l’instinct, voire la fuite. Elle n’est pas du genre à s’engager dans un combat qu’elle ne peut mener et, la plupart du temps, les esquive. Cette informatrice est tout à fait conscience qu’elle est loin d’être une combattante hors-pair. Elle sait se défendre, et connaît ses limites. Heureusement, pour les situations les plus inextricables, elle peut compter sur une vélocité certaine.
Le plus grand talent de la Panthère, c’est de loin la subtilité. Furtive, Lyn sait se fondre dans la nuit noire, faire patte de velours pour errer sans un bruit. Elle se glisse et se faufile, laisse traîner ses oreilles, agît avec la prudence de celle qui veut conserver sa liberté à tout prix. Agile et intuitive, Lyn est une chimère de la nuit.
Sa capacité d’adaptation est un atout certain, qui sied comme un gant à son rôle d’informatrice. Elle se confond dans son rôle à la perfection, sait se glisser dans la plupart des cercles avec naturel et audace. Souriante et voluptueuse, elle saura en charmer plus d’un. Au fil des années, elle tisse son réseau d’information. De la demoiselle à laquelle il ne faut surtout pas chercher des noises dans les bas-fonds à l’amante sulfureuse qui cherche les confidences sur l’oreiller, Lyn est polyvalente et attentive.
En ce qui concerne sa nature de chimère, Lyn peut prendre la forme d’une panthère, plutôt petite, à l’image de son apparence humaine. Néanmoins, sous le pelage sombre aux reflets mystérieux roule une musculature puissante, discrète et noueuse. Lyn n’aime pas prendre une forme intermédiaire ; bien qu’elle porte son statut d’esclave et de chimère avec fierté, il est inutile d’arborer oreilles et moustaches dans la vie courante. Cela n’attirerait que trop l’attention sur elle, alors que sa profession comme son allégeance requièrent une infime discrétion. Néanmoins, de temps à autres, les griffes sont bienvenues pour une escalade risquée à l’abri des regards, et ses prunelles émeraudes se plaisent à se fendre avant de plonger dans la nuit noire, pour profiter d’une vision optimale.


Dernière édition par Lyn le Dim 2 Sep - 12:53, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lyn
Voir le profil de l'utilisateur http://shutdown.forums-actifs.com/
La Panthère
INFORMATRICE
avatar
Joueur
Féminin

AGE : 25
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 15/07/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Informatrice
La PanthèreINFORMATRICE
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Lun 16 Juil - 14:07

◊ Histoire
Conte d'une vie antérieure...


L’atmosphère de la boutique était alourdie par la fumée âcre de l’encens bon marché, chargée de l’odeur de l’encre, de la sueur, du sang. Lyn ne s’en offusqua pas et trouva même l’endroit confortable, après examen soigneux. De la même façon que les chats avaient de curieux postes fétiches, elle se sentait ici à son aise. Et tant mieux, il paraissait que le propriétaire était le meilleur tatoueur-artiste de Terrilville.

I. At the beginning we were made of Chaos…

Le Chaos.
La matière s’y entrelace dans un ballet suave. L’énergie tournoie, tourbillonne, attire et repousse. Les volontés s’entremêlent puis se séparent, dissimulées sous leur manteau de brume. Aveugles, ils tremblent et tâtonnent, rampent et feulent. Se perdent. L’errance est si vite trouvée, humide et sans fin, dans un brouillard de mystère, palpable, ondin et aérien, brûlant et glacial.
Le Chaos n’a pas d’odeur, juste une présence suffocante, une mère possessive agrippe jusqu’à ce que le souffle vous manque, un poids constant. Le Chaos n’émet aucun son mais les créatures oniriques qui y dérivent vous poursuivent de leurs lamentations sereines. Mais le Chaos est présence, consistance, et c’est ainsi que tous ceux qui sont originaires de cet endroit se reconnaissent ; il laisse une marque indélébile sur ses créatures, y appose son sceaux, ses mystères, il enveloppe de son souffle et possède.
Les consciences défilent, aléatoires, certaines silhouettes dotées d’une forme véritable, d’autres simple mirages de songes oubliés. L’interminable valse ballotte les âmes, certaines se rencontrent et, ensemble, trouvent la force de se forger un corps. Quand Lyn – elle prend soudain conscience de ce nom, et nomme son frère d’âme Kellan – se sent frêle, quand sa forme menace de s’étioler, un rugissement puissant parfait sa création. Quand Kellan perd l’équilibre de sa force, quand son enveloppe menace d’exploser sous les flux d’énergie, elle devient la présence minuscule et rassurante qui apaise. Ne pas échouer. Ne pas laisser l’autre errer plus longtemps.
Sortir, crever la surface du brouillard pour commencer à exister.
Enfin, ils s’extirpent, et le monde, désolé, se dévoile aux yeux de Kellan. Lyn, elle, conscience trop jeune, est aussi aveugle que les bébés félins, cherchant du bout des pattes ses repères, humant l’air en quête de chaleur, perplexe, égarée dans cet environnement nouveau. Alors, le contact rassurant du front de Kellan contre le sien la conforte ; la solitude tourbillonnante du chaos la quitte peu à peu pour laisser place à une fraternité nouvelle et spontanée.
À l’origine, ils sont deux félins à la robe soyeuse et aux grands iris émeraude. Une fois métamorphosés, ils ne sont plus que deux corps nus, frêles et fragiles, à la stabilité précaire.
Et le monde s’étend à l’horizon, prêt à être découvert.

◊◊◊


« Un tatouage ? »
« Pleins. »

Elle tendit une cheville délicate en comparaison aux blessures qui marbraient son corps ainsi qu’un papier, et poursuivit :

« Ce motif, je le veux sous chaque malléole. »

Le tatoueur fronça les sourcils, considéra les spirales qui se terminaient par des têtes de panthères, stylisées, hypnotiques. Puis finit par hausser les épaules en signe d’assentiment. Les paupières mi-closes, Lyn commença à fredonner, laissant les souvenirs remonter à la surface.

II. People longing for Chimeras.


Terrilville.
La ville pirate, en bordure du Chaos, fut la première étape du voyage des deux chimères. Elles avaient rencontré un ou deux convois, avaient bénéficié d'aide ou essuyé méfiance et insultes sur le chemin. Lyn et Kellan découvrirent bien vite qu'ils seraient plus tranquilles sous leur forme humanoïde sur les routes. Mais à la nuit tombée, ils redevenaient de majestueux félins et se fondaient dans les ténèbres.

« Vous êtes des chimères, vous deux, n’est-ce pas ? »

Ce fut les premières paroles qui entendirent lorsque, sous un ombrageux crépuscule, ils franchirent les frontières de la ville. Lyn plissa les yeux, méfiante, Kellan bomba le torse, tant par fierté que par désir d’intimider. La jeune femme sourit à cette vision et, l’espace d’un instant, son visage se modifia. Les écailles reptiliennes et les plumes s’y mêlaient avec une étonnante harmonie ; ses yeux, dépourvus de paupière, luisaient d’une couleur améthyste surnaturelle, le son qui sortit de sa bouche dépourvue de lèvres était d’une clarté empreinte de pureté.

« Vous sentez le Chaos, expliqua-t-elle. Suivez-moi. »

Au fil des jours, la méfiance se couvertit en fascination pour cette femme étrange. Elle leur enseigna le monde, leur donna le goût du voyage. Elle était, d'une certaine manière, devenue une mère, pour eux ; celle qui enseigne et partage.

« On veut parcourir le monde. »

Ce fut Kellan qui annonça cette nouvelle, d'un air buté, la détermination suintant de toute son attitude. Ses yeux verts fixaient leur mentor avec une intensité farouche et ses muscles, tendus, marquaient sa nervosité. Lyn et lui avaient longuement discuté de ce moment, l'instant où ils annonceraient leur départ, inquiets de la réaction de celle qui les avaient recueillis.
Mais elle ne leur offrit qu'un sourire serein, les attira dans une tendre étreinte.

« Adieu, alors, et soyez prudents. »

Quand ils se réveillèrent le lendemain, la maison était désertée. Depuis ce jour, Lyn avait l'intime conviction qu'ils ne la reverraient plus jamais. Elle n'en avait rien dit à Kellan, mais elle était certaine que le Chaos l'avait reprise, rappelée, aspirée.

*


La journée, ils marchaient flan contre flan, couvrant leurs arrières. Leur voyage se ponctuait de rencontre, enrichissait leurs âmes, les stabilisait. Une initiation à la vie, lente, laborieuse, ou les sentiments s'apprenaient avec patience et les comportements s'observaient avec attention. Ils en tirèrent de nombreux enseignements aussi ; certains leurs apprirent à se défendre, d'autres leurs volaient toutes leurs possessions. Le monde s'ouvrait à eux, peu à peu, parfois cruel, parfois empli de liesse.

*


Le feu de camp crépitait doucement dans la fraîcheur nocturne aux abords du désert. La journée avait été longue, brûlante, et suffocante. Et les deux chimères savaient que cela allait empirer dans les jours à venir.

« J'ai hâte d'arriver sur les Terres Boréales. »

La voix de Kellan, sous sa forme féline, avait quelque chose de guttural. Cela chatouillait les oreilles de Lyn, qui, sous sa forme humaine, se servait de son compagnon comme oreiller ; bras croisés derrière la nuque, regard perdu dans la voûte céleste, Lyn ne pût qu'approuver.

« Le froid, le blanc. »
« L'immensité. »

Il y avait dans leur fascination, dans leur soif de découvrir, une qualité d'esthète. Le pelage noir dans les étendues immaculés, le mordant du froid, le mugissement du vent, chant subtil et sauvage à la fois. Et la neige. Lyn avait toujours voulu voir la neige, cette pluie froide et légère dont on lui avait parlé, cette chose curieuse et blanche qui devait probablement glacer les coussinets.

Elle se déshabilla sans pudeur aucune à l'égard de Kellan, laissa ses os et ses muscles se changer, sa silhouette se modifier, glissa dans sa peau d'origine, ô combien plus confortable. Elle se blottit contre l'autre chimère et s'endormit, rêvant de course folle dans les territoires Norn, sans savoir que jamais ils ne visiteraient ces contrées ensemble.

*


Douleur fulgurante sur l'épaule droite. Une marque au fer blanc. Et l'inconscience qui lui tend les bras, l'appelant pour l'éloigner de la souffrance, la berçant tendrement dans les brumes de mère Chaos pour lui faire oublier quelques instants, peut-être, combien le monde peut être cruel. Ô doux songes, pourquoi semblez-vous si amers ?

« On en fait quoi, d'celle-là ? On la vend à un bordel ? »
« T'es malade, ou quoi ? Une chimère ! Faut trouver quelqu'un d'assez riche qui voudrait en faire son jouet favori, ouais. »

Lyn émergea du sommeil, revenant laborieusement à l'état de conscience. Les liens lui tenaillaient chevilles et poignets, une muselière de cuir tirait ses mâchoires en arrière. Aussitôt pleinement éveillée, certaine d'avoir analysé ses alentours avec discrétion ainsi que ses ravisseurs, son plan d'esquissait. Rapide, efficace. Impulsif. Elle se contorsionna, entama sa transformation, sortit les griffes, rugit, se contorsionna encore, modifiant partiellement le moindre recoin de sa physionomie, quitte à ce que la souffrance soit insupportable tant les inflexions qu'elle imposait à son corps étaient contre les lois - toutes relatives dans le Chaos - de la physique. C'était un tourbillon de liberté qui hurlait dans ses veines, la fureur d'être ainsi entravée qui s'exprimait.

Pire encore, elle était séparée de son frère, de sa moitié, cette âme qui était née avec elle, son compagnon de toujours. Le vide créé la rendit ivre de rage, de violence, réveillait en elle des instincts jusqu'alors insoupçonnés.

Pas assez rapide cependant.
Une lame glissa sous sa gorge, le métal froid contre sa peau la paralysa aussi sec.
Instinct de survie.

L'homme lui expliqua lentement, calmement - comme si elle était attardée - que si elle faisait la maligne, si elle essayait de s'échapper, elle signait l'arrêt de mort de Kellan. Il se trouvait qu'il connaissait quelqu'un qui n'avait pas toute sa santé mentale, et qui dévorait les chimères. Il pourrait en tirer un bon prix, du Kellan et de sa viande savoureuse, chuchotait-il. Le met devait être grandiose, susurrait-il. Un frisson d'horreur remonta le long de la colonne vertébrale de Lyn. Elle imaginait sans peine que son frère d'âme subissait à l'heure actuelle les mêmes menaces.

Le schéma lui paraissait simple, les rouages travaillaient déjà à fomenter un plan en adéquat pour contrer l'odieux chantage. Elle travaillerait au camp d'esclave tant que son prix n'était fixé - elle priait pour que ses potentiels acheteurs se crêpent le chignon suffisamment longtemps - tandis que Kella subirait un sort similaire : de par carrure et sa force, son utilité avait tout de suite été décidée. Enrôlé, il protégerait les convois tant que Lyn était prisonnière. S'il désertait, elle mourrait, et vice-versa.

◊◊◊


« Oh, vous revoilà ! »
« Je vous avais dit que je reviendrais. Votre travail est parfait. »

Flatté, le tatoueur sourit - ce sourire de commerçant si bien dressé. Lyn fut vaguement tentée de lui décocher un air carnassier et intimidant, juste pour le remettre à sa place. Mais elle se ravisa bien vite : à quoi bon ? Les terreurs à Terrilville, ce n'était pas ce qu'il manquait. Alors, ils travaillèrent patiemment à l'élaboration des tatouages suivants.

Des ronces entrelacées aux poignets et aux chevilles virent symboliser sa captivité. Sa cicatrice, là où avant son affranchissement trônait son appartenance, fût couverte d'une cage à oiseau. (« Mademoiselle, tatouer une cicatrice, c'est... » - « Je sais. J'm'en fous. ») Enfin, une étoile d'encre se délia sur sa nuque, symbole de ses rêves, de l'horizon qui ne l'avait jamais quittée, et de son dernier instant de bonheur - ce feu de camp sous ce ciel étoilé - en présence de Kellan.

III.Songs twirling in a rotten World.


Lyn et Kellan se voyaient de temps à autres. Leurs rencontres étaient toujours fugaces et intenses. Mille secrets s’échangeaient, à mi-voix, dans l’ombre. Ils savaient que le temps leur est compté. Les jours et les semaines passent, puis bientôt les mois. Lyn sera bientôt mise aux enchères et Kellan doit trouver un moyen de les sortir de là avant.

« Tiens-toi à carreaux, ait l’air résignée. Je me suis fait des amis dehors, des gens qui méprisent les esclavagistes. On va te sortir de là. »
« Et toi, sois prudent. »

Dès que l’occasion se présentait, Kellan lui apprenait un dialecte étrange, des symboles, des signes, comment reconnaître les gens de ce qu’ils appelaient la Poursuite. Il lui apprit des chansons, et lui apprit des théories de combat plus poussée. À chaque fois qu’elle le voyait, Lyn avait l’impression que son pelage devenait plus sombre. Il lui décrivait le monde au-dehors comme meilleur, mais loin de la perfection, il lui contait un monde de beauté, un monde parfait une fois le système rectifié.

Petit à petit, Lyn s’imprégnait de ses connaissances, de ses idéaux.

*


Lyn avait de la chance.
Cette réalité la frappa un beau jour, alors qu'elle se faisait rosser par l'esclavagiste. Les coups pleuvaient, mais jamais sur le visage - un peu plus tôt, dans la journée, elle avait croisé une esclave d'âge mûr complètement défigurée - jamais trop longtemps non plus. Elle avait cette qualité de chimère qui la rendait plus précieuse. Mais détestée, crainte aussi, comme souvent pour les créatures nées du Chaos. Elle était mieux nourrit, ses propriétaires étant soucieux de son apparence, de sa présentation.

Lyn se permit l'insolence.
Pas une insolence ouverte et ostentatoire - elle craignait pour le sort de Kellan - mais un air bravache qui laissait ressortir sa fierté. Muette, toujours, elle avait cessé de courber l'échine, de baisser les systématiquement les yeux, de se montrer sous son jour le plus misérable. Son attitude lui valait plus de coups, d'admiration, d'animosité qu'autre chose. Mais elle n'était plus aussi perdue qu'autrefois, et rêvait plus encore de sa liberté.

Perchée à la fenêtre du dortoir commun, les bras ballants à travers les barreaux, elle fredonna une chanson que Kellan lui avait apprise, laissant les intonations donner corps à son message nostalgique et l'énergie du Chaos rendre sa voix plus grave, plus féline.

Dans la cohue en contrebas, une paire d'yeux se leva vers elle. Un sifflement, trois notes hautes et claires lui parvinrent en guise de réponse. Deux jours plus tard, Kellan était de retour en ville.

Ce qu’elle ignorait, néanmoins, c’était que son chant avait attiré l’attention de quelqu’un d’autre, aux intentions bien moins louables.
Lyn avait de la chance, ses possesseurs voulaient la garder vierge pour le jour de sa vente. L’homme qui osa abuser d’elle cette nuit-là fût exécuté sans aucun scrupule.

◊◊◊


« Mademoiselle Lyn », l’accueillit le tatoueur.

Désormais comme chez elle dans ces lieux familiers où elle avait passé tant d’heures, elle se glissa entre les meubles et contempla les modèles avec une curiosité féline, esquissant un vague sourire à l’adresse de l’artiste.

« Ce seront des bourgeons qui naissent des ronces que vous m’avez déjà tatouées. Accompagnés de trois notes de musique. »

Les prémices de la Liberté, des Idéaux, de la Poursuite.

« Avec ça, une couleuvre enroulée plus haut sur l’avant-bras, qui guette la cage… »

Lyn chassa le souvenir bileux qui remonta à la surface, de cette nuit sombre et froide où l’on avait abusé d’elle. Sa voix avait dû se faire plus tranchante, plus aride, car le tatoueur ne lui demanda pas son avis l’esquisse de serpent qu’il lui destinait.

IV. Freedom came from Sacrifice.


Elle accepta l’étreinte de Kellan sans partager son enthousiasme.

« Lyn ! J’ai assez d’argent pour acheter ma liberté, je commence à économiser pour la tienne ! »

Elle déglutit, prit une grande inspiration. Mais rien ne sort. Elle ne parvint pas à lui révéler la source de sa honte, les mots restent bloqués dans sa gorge. Elle se détourne, reprend sa forme originelle comme pour dissimuler son épiderme sous le poil soyeux. Puis elle se débat pour défaire son corps de félin de ses vêtements humains, trop distraite pour avoir pensé à les retirer avant. À moins qu’elle n’ait jamais voulu les retirer.
Kellan fronça les sourcils, s’approcha d’elle. Il plongea ses mains dans le pelage de son cou massif, l’obligea à lui faire face. Avec douceur, pour l’appeler à la confidence, il apposa son front contre le sien, plongea son regard dans l’émeraude de la panthère. Lyn détourna les yeux et, finalement, prononça les mots qui allaient sceller leurs destins.

« Mon prix a baissé. »

Façon peu subtile de dire l’indicible.

*


Quelques jours plus tard, on vint chercher Lyn. Un ami de Kellan. Un membre de la Poursuite. Un homme dont elle ne se souviendrait jamais du visage - peut-être était-ce là l'effet du don d'un rêveur ? - et dont elle ne chercherait jamais à connaître l'existence. Tout ce qu'elle savait, c'était que Kellan avait été tué, pour avoir acheter la liberté de la Panthère pour l'affranchir aussitôt. Elle se souvenait aussi de la douleur cuisante, celle de la peau arrachée pour faire disparaître le tatouage qui marquait son appartenance en tant qu'esclave.

Mais la souffrance la plus insupportable était celle nichée dans ses entrailles, un mal viscéral qui rongeait sa détermination, une peine angoissante et asphyxiante qui consumait peu à peu son désir de vivre.

◊◊◊


« Vous avez une mine bien sombre, aujourd’hui, Mademoiselle Lyn… »

Lyn porta un regard triste sur le tatoueur, hocha la tête vaguement. Le travail se fit dans un morne silence, cette fois-là, et le résultat, toujours satisfaisant, la prit à la gorge.

Le K sur son ventre plat, dont la calligraphie stylisée entourait son nombril. Car, toute sa vie, Kellan, ses idéaux, son sourire et sa puissance demeureraient à jamais le centre de sa personnalité, son point d’équilibre. Son frère d’âme. Désormais, c’était à travers elle qu’il vivait, qu’il parcourait le monde, qu’il luttait pour rétablir la justice qu’ils chérissaient tant.

Mais, la blessure aussi était incrustée dans l’âme. Lyn avait perdu sa moitié – du moins physiquement, peut-être la retrouverait-elle un jour, dans le Chaos ? – et la peine qui en résultat resterait vivace. La rage, la douleur qu’elle avait éprouvées ce jour-là s’étaient gravées profondément dans sa chair ; à l’instar de l’encre sur sa peau, tout près de son cœur, elles seraient toujours apparente. La mort de Kellan est symbolisée par une griffure qui lacérait son décolleté, profonde et sombre. Lyn était plutôt fascinée par le travail de l’artisan aux aiguilles et aux milles teintes ; l’encre rendait un relief, une profondeur qui fascinait bien plus que ses formes, quelque part.


I. Loneliness carries on Dreams.


Un énième jour alité s'écoulait.
Lyn était recroquevillée sur le plancher miteux d'une chambre peu fréquentable. Des mots flottaient encore dans l'atmosphère, soufflés en guise d'adieu par celui qui l'avait accueillie à son affranchissement.

« Si tu veux honorer la mémoire de Kellan, chante avec nous pour libérer ce monde. »

Autour d'elle s'éparpillaient les effets de Kellan. Quelques économies. Un veste au cuir odorant dans lequel elle plongeait son nez. Des messages codés. Un équipement divers et varié. Une cimeterre. Quelques vêtements pour elle, fraîchement achetés.

Lyn ignorait combien de temps elle resta ainsi, prostrée dans cette chambre. Elle ressassait tous ses souvenirs, tant sur Kellan que sur son apprentissage. Ces codes, sifflés ou chantonnés à la légère, qui marquaient l'appartenance à la Poursuite. Ces combats, ces exercices. Les jours s'écoulaient ; elle ramassait avec un soin particulier les fragments de son âme malmenée, elle réunissait les éclats de son existence pour reconstituer un puzzle à la signification sibylline.

Elle combla les vides par la détermination. Elle enfouit ses sentiments au plus profond d'elle-même, se promit de ne plus jamais souffrir. Elle troqua la peine contre une colère mesurée, impitoyable, calculée - la pire de toute, incisive et létale - et elle transforma les souvenirs de la captivité en une patience redoutable.

Quelques semaines plus tard, elle avait ses preuves et intégrait la Poursuite, pour devenir, un jour, l'un des meilleurs informateurs.

◊◊◊


Un message en langage secret des Poursuivants au creux des reins.

Les roses des rêves, de la liberté.

Lyn contempla le résultat dans le miroir. Les roses s’épanouissaient sur l’un de ses avants bras puis à l’opposé, dans son cou. Certaines avaient fleuri sur les ronces, d’autres enlaçaient le serpent. Elles incarnaient les rêves, l’acheminement de la pensée, la maturation de l’âme. De créature chaotique, elle était devenue une chimère, encore jeune, mais à la personnalité forgée par les épreuves.


Dernière édition par Lyn le Sam 25 Aoû - 16:58, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas

Inverness
Voir le profil de l'utilisateur http://reve-inverness.forumactif.com
L'omniscient
CREATEUR
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 581
DATE D'INSCRIPTION : 02/08/2011

Personnage

...
AGE: XX
SURNOM: Invy'
PROFESSION: Créateur
L'omniscientCREATEUR
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Lun 16 Juil - 15:04

Bienvenue encore !

C'est un très joli début de fiche ! smile




Revenir en haut Aller en bas

Inverness
Voir le profil de l'utilisateur http://reve-inverness.forumactif.com
L'omniscient
CREATEUR
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 581
DATE D'INSCRIPTION : 02/08/2011

Personnage

...
AGE: XX
SURNOM: Invy'
PROFESSION: Créateur
L'omniscientCREATEUR
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Sam 11 Aoû - 22:26

Hello Lyn ! Alors tu en es où avec ta sublime histoire ? What a Face




Revenir en haut Aller en bas

Lyn
Voir le profil de l'utilisateur http://shutdown.forums-actifs.com/
La Panthère
INFORMATRICE
avatar
Joueur
Féminin

AGE : 25
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 15/07/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Informatrice
La PanthèreINFORMATRICE
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Mer 22 Aoû - 11:26

Grand manitou, j'avance paaaas. L'inspiration m'a quittée. Mais. Je lutte, je lutte, je t'assure T_T J'aurais deux semaines de libre avant la rentrée, je pense que je vais commencer à me fouetter avec des orties à ce moment là. (Désolée de ne pas avoir répondu plus tôt, j'avais zappé ><)


©️ Signa' et avatar par le grand manitou ! ♪
Revenir en haut Aller en bas

Alia
Voir le profil de l'utilisateur
Celle-qui-écoute
SOEUR ITINERANTE
avatar
Joueur
Féminin

AGE : 25
MESSAGES : 230
DATE D'INSCRIPTION : 15/08/2011

Personnage

...
AGE: 27 ans
SURNOM: Celle-qui-écoute
PROFESSION: Soeur Itinérante
Celle-qui-écouteSOEUR ITINERANTE
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Jeu 23 Aoû - 12:35

Pas de souci Wink Ecoute, si tu manques vraiment d'inspi', tu peux choisir d'écourter la fin. Une fois validée, tu pourras toujours la reprendre et la peaufiner =) Tu as largement prouvé de toute façon que tu méritais de jouer avec ce personnage Wink Allez, bon courage !


Revenir en haut Aller en bas

Lyn
Voir le profil de l'utilisateur http://shutdown.forums-actifs.com/
La Panthère
INFORMATRICE
avatar
Joueur
Féminin

AGE : 25
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 15/07/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Informatrice
La PanthèreINFORMATRICE
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Sam 25 Aoû - 17:01

Oh, si je peux peaufiner plus tard, alors... Voilà, j'ai abrégé ^_^
J'espère que ça conviendra !


©️ Signa' et avatar par le grand manitou ! ♪
Revenir en haut Aller en bas

Inverness
Voir le profil de l'utilisateur http://reve-inverness.forumactif.com
L'omniscient
CREATEUR
avatar
Joueur
Masculin

MESSAGES : 581
DATE D'INSCRIPTION : 02/08/2011

Personnage

...
AGE: XX
SURNOM: Invy'
PROFESSION: Créateur
L'omniscientCREATEUR
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Sam 1 Sep - 17:54

C'est génial même ! Tu es validée !!

Te reste plus qu'à trouver un partenaire de rp Wink




Revenir en haut Aller en bas

Lyn
Voir le profil de l'utilisateur http://shutdown.forums-actifs.com/
La Panthère
INFORMATRICE
avatar
Joueur
Féminin

AGE : 25
MESSAGES : 86
DATE D'INSCRIPTION : 15/07/2012

Personnage

...
AGE: 26 ans
SURNOM:
PROFESSION: Informatrice
La PanthèreINFORMATRICE
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère | Sam 1 Sep - 17:58

Merci ! ♪


©️ Signa' et avatar par le grand manitou ! ♪
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Joueur
Personnage
Message Sujet: Re: Lyn ◊ La Panthère |

Revenir en haut Aller en bas

Lyn ◊ La Panthère




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Rêves d'Inverness - Forum roleplay :: Préambule :: Présentation :: Fiches archivées-